L'Usine Aéro

EADS RENFORCE SON LEADERSHIP SPATIAL

,

Publié le

Dossier Le groupe prend le contrôle à 100 % du constructeur de satellites Astrium et s'affiche comme fédérateur de l'industrie européenne.

Un nouveau verrou vient de sauter dans la recomposition du paysage spatial européen. Après un an de négociations rugueuses, EADS et BAE Systems ont enfin trouvé un accord. EADS rachètera - pour un montant de 84 millions d'euros - les 25 % que le britannique détient dans leur filiale commune, Astrium, spécialisée dans la construction de satellites. Avant la finalisation de la transaction, Astrium sera recapitalisée de 168 millions d'euros. Parallèlement, EADS prend le contrôle de Paradigm Secure Communications, filiale des deux groupes créée pour la fourniture des services associés au satellite britannique de télécommunications militaires, Skynet. L'opération constitue une étape clé pour EADS. Elle donne le coup d'envoi de la réorganisation des activités spatiales du géant européen. " Le groupe devra redresser la situation de ses activités spatiales, en agissant sur les coûts, mais également en prenant le leadership d'un regroupement des forces européennes dans ce domaine ", reconnaissait, début janvier, Philippe Camus, co-président d'EADS. Sur les neuf premiers mois de l'année 2002, la division espace a accusé 100 millions d'euros de pertes.
Pour répondre à l'objectif de 20 % de réduction des coûts, EADS regroupera ses activités spatiales au sein d'une seule entité, constituée de deux branches. La première, dédiée aux lanceurs, rassemblera EADS Launch Vehicles et les activités " lanceurs " d'Astrium (case à équipements, adaptateur de charge utile...). La seconde sera responsable des activités purement satellites du groupe. Une restructuration qui n'épargnera pas l'emploi chez Astrium (1 200 salariés) et chez EADS Launch Vehicles, où une réduction des effectifs est envisagée.
L'idée d'un rapprochement avec Alcatel Space relancée
La reprise d'Astrium réaffirme également le leadership spatial européen auquel EADS aspire. " Cette prise de contrôle permettra de renforcer la position stratégique du groupe sur un marché en rapide évolution ", précise François Auque, membre du comité exécutif d'EADS et directeur de la division espace. Elle relance l'idée d'un rapprochement avec Alcatel Space... qui vient à nouveau d'être vivement souhaité par le " rapport Bonnet " sur la politique spatiale française. Il est vrai que les deux industriels n'ont guère d'autres choix. Le marché des satellites de télécommunications s'est effondré en deux ans. L'offre est surcapacitaire. L'industrie américaine a réussi à se concentrer pour donner naissance à deux géants. En revanche, de ce côté-ci de l'Atlantique, plus d'une demi-douzaine d'acteurs restent encore en lice. Un contexte de crise qui pousse les responsables d'EADS à battre le fer pendant qu'il est chaud. Jean-Pierre Jolivet

L'Usine Nouvelle N°2857 du 06/02/2003

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte