Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

EADS présente sa « vision 2020 »

Publié le

Le groupe européen veut être moins dépendant d'Airbus et étudie des acquisitions possibles aux Etats pour limiter l'impact des taux de change.

EADS présente sa « vision 2020 »

Réduire sa dépendance au dollar et à Airbus. Le président d'EADS Louis Gallois a présenté aujourd'hui à la presse son plan stratégique baptisé « Vision 2020 ». Avec un maître mot : « l'équilibre ».

Selon ce document, le groupe d'aéronautique et de défense européen doit parvenir à un « meilleur équilibre entre Airbus et les autres divisions du groupe », alors qu'Airbus représente actuellement 68 % du chiffre d'affaires d'EADS. D'ici à 2020, les autres divisions du groupe - dont Astrium et Eurocopter - devront peser autant que l'avionneur européen, grâce notamment à « des partenariats et des acquisitions ».

Louis Gallois défend également un « meilleur équilibre » entre ses activités européennes et le reste du monde, afin de réduire l'exposition du groupe au risque de taux de change. « Notre objectif principal, ce sont les USA et l'Asie », a réaffirmé le président d'EADS. Le groupe confirme son intention de renforcer sa production en zone dollar. « La montée en régime de notre production sera l'occasion de le faire sans poser de problèmes d'emplois en Europe », poursuit Louis Gallois.  

L'avionneur affirme aussi qu'il « était toujours à l'affût d'acquisitions de moyenne taille aux USA ». « Nous devons profiter des opportunités. C'est le bon moment, le dollar est faible. Une large partie des clients sont aux USA », a confirmé Louis Gallois.

Plus de 5 milliards d'euros de trésorerie

Lancé en 2007, le plan de restructuration Power 8 - qui doit permettre des économies de 5 milliards d'euros d'ici  à 2010 avec la suppression de 10 000 postes en Europe - est « en avance », a affirmé le président d'EADS. Ce dernier a cependant confirmé des « mesures additionnelles » de restructuration pour faire face à la faiblesse du dollar. Mais, « elles ne seront pas connues immédiatement, en tout cas pas avant le mois de mars ». Ces mesures devraient permettre de réaliser des économies « structurelles pour les années 2011 à 2013 ».

Malgré les retards de l'A380 et l'euro fort, 2007 aura été une année faste pour l'avionneur européen. EADS  l'a terminée  avec une trésorerie de plus de 5 milliards d'euros. C'est plus que ce qui était attendu. Le groupe européen d'aéronautique et de défense a réussi à vendre ses avions Airbus « à des prix meilleurs que prévus », s'est félicité le président du groupe.

En termes de commandes, EADS se tient au coude à coude avec son concurrent Boeing. Louis Gallois a annoncé avoir vendu « plus de 1 300 appareils ». Boeing a annoncé de son côté 1 413 commandes nettes d'avions commerciaux. Eurocopter, la filiale d'hélicoptères a pour sa part vendu 800 appareils, en progression de 30 %.

Solène Davesne

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle