Tout le dossier Tout le dossier

"EADS doit en profiter pour revisiter sa stratégie"

Philippe Plouvier, directeur des activités aéronautique et défense chez Roland Berger, estime que le développement d'EADS dans le secteur de la défense peut attendre.

Partager

L'Usine Nouvelle - Que vous inspire l'échec des négociations ?
Philippe Plouvier - Les deux entreprises ont probablement sous-estimé la difficulté et le temps nécessaire pour convaincre trois Etats majeurs de la défense de regrouper leurs actifs dans ce domaine. Deux mois de négociations n'y suffisent pas, surtout en l'absence de grand projet fédérateur tel que le lancement d'un programme de coopération. Cela ne veut pas dire pour autant qu'un tel accord ne sera pas possible dans quelques mois.

Les Etats portent une part de responsabilité dans cet échec. La balle est maintenant dans leur camp. Ils devront dire comment ils comptent relancer l'Europe de la défense et soutenir leurs industriels pour faire face à la compétition américaine aujourd'hui et chinoise, russe ou brésilienne demain.

C'est aussi probablement un peu simple de faire porter le chapeau à l'Allemagne. Les Allemands avaient des craintes légitimes concernant le futur leadership de BAE sur les activités de défense. Le groupe britannique n'a pas hésité à tourner son activité massivement vers les États-Unis, à fermer les sites non productifs au Royaume-Uni à la manière de ce que l'on fait dans l'industrie automobile...ce n'est pas dans les habitudes du secteur de la défense en Europe continentale.

Y-a-t-il un plan B pour EADS ?
Cet arrêt des négociations est une opportunité pour Tom Enders de revisiter la stratégie 2020 définie par son prédécesseur Louis Gallois. Cette stratégie date de 2008 et vise un développement des activités de défense et de services. Les priorités ont changé car le groupe a mûri et la crise des Etats européens est passée par là. Dans l'état actuel, EADS peut vivre très correctement grâce à son beau carnet de commandes des ventes d' Airbus et d'Eurocopter. Se développer dans la défense n'est pas une urgence: les budgets des Etats sont en baisse en Europe et aux États-Unis, la concurrence sur les marchés internationaux s'intensifiera probablement du fait d'une plus grande agressivité des acteurs américains...

Dans 10 ans, quand de nouveaux programmes d'envergure seront lancés, la question d'être un acteur majeur de la défense se posera plus fortement. Entre temps, EADS doit étudier d'autres options de croissance, il y en a, et s'interroger sur sa stratégie dans l'électronique de défense. C'est là que réside une part croissante de la valeur ajoutée de toutes les plateformes: avions militaires, hélicoptères, systèmes de surveillance.. Un rapprochement avec BAE était un premier pas mais un pas insuffisant.

Faut-il également se développer autant que ça dans les services? Là aussi, il n'y a pas urgence. Cela n'a souvent de sens que si vous faites les équipements sur lesquels vous apportez le service.

Même raté, ce projet de fusion aura-t-il des conséquences sur le reste de l'industrie ?

Oui, il y aura un avant et un après le projet de fusion. Ce projet a soulevé beaucoup de questions et montré que la grande majorité des industriels français et européens n'ont pas la taille critique pour porter les investissements nécessaires dans les prochaines années. Nexter, Dassault Aviation, Rheinmetal... ne font pas le poids dans la nouvelle compétition mondiale. Aujourd'hui la taille critique se situe aux alentours des 30 milliards d'euros de chiffre d'affaires pour prétendre jouer les premiers rôles sur des programmes majeurs dans l'aéronautique.

Les plateformes de demain seront de plus en plus complexes sur le plan technologique et nécessiteront des montages industriels de très grande envergure. Regardez le coût de développement de l'avion de combat américain F35, c'est environ 300 milliards de dollars! Hormis quelques groupes tels que EADS, BAE, Thales ou Finmeccanica, les industriels européens sont dans la position d'équipementiers de rang 2 et non de maîtres d'œuvre.

Tom Enders doit-il démissionner suite à cet échec?

A mon sens, non. Les fondamentaux du groupe sont bons. On ne peut pas lui reprocher d'avoir mis toute son énergie pour rendre le groupe plus fort. Il a peut être péché par excès de précipitation et d'ambition, mais qui n'en a pas à ce niveau-là. Nous avions dit qu'il s'agissait d'un deal parfait; on ne peut pas lui reprocher de l'avoir tenté.

SUR LE MÊME SUJET

PARCOURIR LE DOSSIER

Aéro - Spatial

EADS-BAE : "Le projet industriel est passé totalement au second plan"

Editorial

EADS, BAE et les égoïsmes nationaux

Aéro - Spatial

EADS-BAE : selon EADS, l'Allemagne a saboté les négociations

Aéro - Spatial

L'échec de la fusion EADS-BAE souligne le double discours des Etats

Editorial

EADS-BAE, une fusion dont personne ne voulait

Aéronautique

EADS-BAE : florilège de réactions à la fusion avortée

Aéro - Spatial

"L'échec EADS-BAE, c'est l’échec de l’Europe de la défense !"

Aéro - Spatial

EADS-BAE : les raisons d’une fusion ratée

Aéro - Spatial

EADS-BAE : Les faiblesses d'une méga fusion

Aéro - Spatial

EADS-BAE : échec des négociations en vue de la fusion

Aéro - Spatial

EADS et BAE : décision ce mardi sur le projet de fusion

Aéro - Spatial

EADS- BAE : fusion, négociations et... confusion

Aéro - Spatial

Fusion EADS-BAE : les négociations s'accélèrent

Aéro - Spatial

EADS – BAE Systems : Enders prêt à discuter avec les Etats

Aéro - Spatial

EADS, une entreprise...tout sauf normale

Aéro - Spatial

Fusion EADS/BAE : la France et l'Allemagne auraient négocié 9 % chacun

Aéro - Spatial

Lagardère s’estime lésé dans le cadre de la fusion EADS – BAE Systems

Aéro - Spatial

Fusion EADS-BAE : les syndicats avancent en ordre dispersé

Aéro - Spatial

La fusion BAE Systems - EADS pourrait prendre plus de temps

Aéro - Spatial

Aéronautique et défense : EADS-BAE, la négociation patine

Aéro - Spatial

EADS / BAE : Tom Enders favorable à une répartition 60/40%

Aéro - Spatial

EADS / BAE Systems au coeur des discussions ministérielles cette semaine

Aéro - Spatial

Ce que la fusion EADS-BAE apportera à Airbus, les précisions de Fabrice Brégier

Aéro - Spatial

Aéronautique et défense : Le big bang de la fusion EADS - BAE

Aéro - Spatial

EADS/BAE : des "discussions avancées et constructives" avec les gouvernements

Aéro - Spatial

Des "obstacles techniques à lever" dans la fusion EADS/BAE

Aéro - Spatial

Fusion EADS/BAE : le gouvernement français prend son temps

Aéro - Spatial

Fusion EADS/BAE : pour la presse européenne, le mariage n'aura pas lieu

Aéro - Spatial

Fusion EADS/ BAE : un "test" pour l'américain Lockheed Martin

Aéro - Spatial

"Avec EADS, BAE sera un redoutable concurrent"

Aéro - Spatial

EADS/BAE Systems vs Boeing : les rapports de force

Aéro - Spatial

Fusion EADS/BAE : Tom Enders rassure les salariés, les syndicats s'inquiètent

Aéro - Spatial

EADS/BAE Systems : "Un Airbus de la défense intéressant" pour la CFE-CGC

Aéro - Spatial

EADS-BAE : pas d’impact sur Airbus et ses employés

Aéro - Spatial

Qui est BAE Systems, futur allié d’EADS ?

Editorial

EADS-BAE : les trois défis du nouveau géant de l’aéronautique

Aéro - Spatial

Rapprochement EADS - BAE : le gouvernement et Lagardère attentifs

Aéro - Spatial

En avalant le britannique BAE, EADS réussirait le coup parfait

Aéro - Spatial

EADS négocie une fusion avec le britannique BAE Systems

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER Aéro et Défense

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Chargé de Certification Clients Production Bio (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 21/01/2023 - CDD - Valence

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

976 - KOUNGOU

Mise en place de vidéo protection.

DATE DE REPONSE 06/03/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS