L'Usine Aéro

EADS devient Airbus et se réorganise en trois pôles

, , , ,

Publié le

Lors de la publication de résultats trimestriels supérieurs aux attentes le 31 juillet, le conglomérat industriel européen d'aéronautique et défense EADS a annoncé se rebaptiser Airbus, adoptant ainsi le nom de la division qui assure la plus grand part de son chiffre d'affaires.

EADS devient Airbus et se réorganise en trois pôles © D.R - EADS

Quelques mois après avoir remanié en profondeur sa gouvernance, le groupe européen d'aérospatiale et de défense se réorganise autour de trois divisions déclinées sous l'appellation Airbus, sa marque phare : Airbus (avions civils), Airbus Defense & Space (Cassidian, Airbus Military et Astrium) et Airbus Helicopters (Eurocopter).

"Le groupe a décidé de regrouper les divisions Espace et Défense, Airbus Military, Astrium et Cassidian en réponse à l’évolution du marché qui se caractérise par une stabilisation et, même une réduction des budgets défense et espace dans les pays occidentaux. Cette restructuration permettra d’optimiser l’accès au marché, de réduire les coûts et globalement d’améliorer la compétitivité du Groupe. Elle donnera également une meilleure visibilité du leader européen de l’espace et de la défense", est-il indiqué dans un communiqué.

Difficile de ne pas faire le parallèle avec l'organisation similaire déjà adoptée par le concurrent principal d'EADS, l'américain Boeing.

La mise en œuvre de cette nouvelle structure devrait démarrer progressivement à partir du 1er janvier 2014 et se poursuivra durant le deuxième semestre 2014, est-il précisé.

Un deuxième trimestre 2013 supérieur aux attentes

Côté résultats financiers, le groupe Airbus a confirmé viser pour 2013 un bénéfice d'exploitation avant exceptionnels en hausse à 3,5 milliards d'euros et une croissance "modérée" de son chiffre d'affaires.

EADS a dégagé sur la période avril-juin un bénéfice d'exploitation (Ebit) avant exceptionnels de 887 millions d'euros, en hausse de 23 %, et un chiffre d'affaires de 13,945 milliards d'euros, en progression de 3 %.

Les analystes interrogés par Inquiry Financial Europe attendaient en moyenne un Ebit de 786 millions d'euros et un chiffre d'affaires de 13,693 milliards au 2e trimestre.

(avec Reuters)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte