EADS/BAE Systems : "Un Airbus de la défense intéressant" pour la CFE-CGC

A la CFE-CGC, l’annonce de la fusion EADS-BAE intéresse. Mais le syndicat anticipe mal toutes les conséquences et reste prudent sur le volet social.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

EADS/BAE Systems :

Une demi-surprise. L’annonce d’une possible fusion entre EADS et BAE n’était pas dans le radar des syndicalistes d’EADS. Mais elle n’étonne pas forcément. "L’Europe de la Défense se construit, et on sait que ça discute dans tous les sens !", confirme Ludovic Andrevon, délégué général CFE-CGC d’EADS, qui juge trop précipité de déterminer si cette opération est bonne ou pas.

"Tom Enders est dans la droite ligne de la stratégie mise en place par Louis Gallois : EADS doit faire plus de croissance et gagner des parts de marché dans le secteur de la défense pour arriver à un équilibre avec le civil".

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Gabriel Artero, président de la CFE-CGC Métallurgie et salarié d’EADS, reste prudent, mais le premier sentiment est plutôt positif : "Si c’est le début du commencement d’une concentration au niveau européen, que nous prônons depuis un moment, c’est une bonne chose. Un Airbus de la Défense, ça peut devenir intéressant".

Quelques interrogations

"Nous allons étudier les impacts", avertit néanmoins Ludovic Andrevon. "BAE est déjà un partenaire d’EADS sur l’A400M, sur l’Eurofighter et les missiles à travers MBDA. Mais nous allons surtout regarder les fonctions achats, financières ou relations humaines, c’est là où sont les risque potentiels pour l’emploi", explique le responsable syndical. Selon lui, c’est chez Cassidian que les effets devraient être les plus importants.

Pour les responsables syndicaux, la fusion annoncée soulève quelques interrogations : quid des partenariats entre Dassault et BAE (notamment sur les drones) ? Quelles vont être les réactions des Dassault et autres Safran, Thales ou Nexter, sans parler des concurrents européens ? Quid de la participation d’EADS dans Dassault ? Comment l’Etat français, pour l’instant peu disert sur la fusion, va se positionner ? Quelles conséquences sur les programmes militaires en cours ? "C’est le début des questions", résume Gabriel Artero.

1 Commentaire

EADS/BAE Systems : "Un Airbus de la défense intéressant" pour la CFE-CGC

gerardc27
14/09/2012 10h:28

Le grand perdant chez nous risque d'être DASSAULT" qui risque l'absorption pure et simple car minuscule désormais et déjà possédé pour partie par EADS tout au moins pour l'aéro.

Réagir à ce commentaire
1 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS