EADS abaisse son objectif de free cash flow pour 2013

par Cyril Altmeyer et Tim Hepher

Partager

PARIS (Reuters) - EADS a abaissé jeudi son objectif de flux de trésorerie disponible pour 2013 sous l'effet conjugué des montées en puissance de production et de développement de programmes et des restrictions budgétaires gouvernementales.

Le groupe européen d'aérospatiale et de défense, qui se rebaptisera Airbus Group le 1er janvier 2014, table désormais sur un flux de trésorerie négatif de 1,5 milliard d'euros avant financements clients et acquisitions en 2013 alors qu'il l'anticipait auparavant à l'équilibre.

Sur les neufs premiers mois de l'année, le flux de trésorerie disponible est négatif à hauteur de 4,815 milliards d'euros -contre 3,235 milliards un an plus tôt- avec pour 2,1 milliards d'euros d'investissement pour l'essentiel liés au programme du futur long-courrier A350 qui demeure "ambitieux".

EADS a en revanche confirmé viser une croissance modérée de son chiffre d'affaires et un bénéfice d'exploitation avant exceptionnels en hausse à 3,5 milliards d'euros, dont il a déjà réalisé 2,3 milliards sur les neuf premiers mois de l'année.

Le groupe a également relevé ses objectifs clés pour Airbus, prévoyant désormais plus de 1.200 commandes brutes contre plus de 1.000 auparavant et 620 livraisons contre 600-610 précédemment, comme l'avaient indiqué des sources à Reuters début octobre.

Au troisième trimestre, EADS a dégagé un bénéfice d'exploitation (Ebit) avant intérêts, impôts, écarts d'acquisitions et éléments exceptionnels de 663 millions (+26%) grâce à une hausse de 62% chez Airbus commercial, et un chiffre d'affaires de 13,634 milliards d'euros, en progression de 11%.

Les analystes interrogés par Inquiry Financial Europe attendaient en moyenne un Ebit de 666 millions d'euros et un chiffre d'affaires de 13,528 milliards.

EADS annoncera en décembre des suppressions d'effectifs et les grandes lignes de sa stratégie aux syndicats puis aux analystes, avec l'objectif de boucler le 1er juillet 2014 la réorganisation du groupe, marquée notamment par la création d'une division réunissant ses activités spatiales et militaires.

Le groupe affiche une trésorerie nette de 5,2 milliards d'euros au 30 septembre contre 12,3 milliards fin 2012, notamment à la suite de son programme de rachat d'actions dans le cadre du remaniement de son capital entrée en vigueur au printemps.

L'action a clôturé mercredi en baisse de 1,13% à 51,76 euros, donnant une capitalisation de 40,4 milliards. Elle a gagné 75% depuis le début de l'année.

Edité par Jean-Michel Bélot

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS