E.ON renonce à créer une entité dédiée à son activité dans le nucléaire

Le géant allemand des services aux collectivités E.ON a renoncé à son projet de transfert de ses centrales nucléaires dans une nouvelle entité face aux pressions politiques visant à obliger les électriciens allemands à assumer le coût du démantèlement de leurs installations, estimé globalement à près de 40 milliards d'euros. L'électricien prévoyait de transférer vers une nouvelle filiale censée naître au deuxième semestre 2016, Uniper, les 16,6 milliards d'euros de provisions passées au titre du démantèlement de ses centrales nucléaires.

Photo prise le 7 mai 2015, REUTERS/Ina Fassbender

Le géant allemand des services aux collectivités E.ON a renoncé à son projet de transfert de ses centrales nucléaires dans une nouvelle entité face aux pressions politiques visant à obliger les électriciens allemands à assumer le coût du démantèlement de leurs installations, estimé globalement à près de 40 milliards d'euros.

L'action recule de 4,72% à 9,21 euros vers 08h00 GMT à la Bourse de Francfort, soit la plus forte baisse de l'indice européen EuroStoxx 50, lui-même en recul de 0,49%.

Elle entraîne dans son sillage tout le secteur européen des "utilities", qui accuse la plus forte baisse sectorielle (-1,0%).

E.ON a annoncé en décembre dernier son intention de se scinder en deux pour se séparer de ses activités de production conventionnelle d'électricité et se recentrer sur les énergies renouvelables et les réseaux de distribution, une mutation spectaculaire face à la crise du secteur en Europe et en prévision de l'abandon du nucléaire en Allemagne.

L'électricien prévoyait de transférer vers une nouvelle filiale censée naître au deuxième semestre 2016, Uniper, les 16,6 milliards d'euros de provisions passées au titre du démantèlement de ses centrales nucléaires.

Il juge désormais que ce projet n'a plus de sens avec les changements législatifs en préparation.

"Cette décision nous préserve contre les risques pesant sur la mise en oeuvre de notre stratégie", affirme le président du directoire d'E.ON, Johannes Teyssen, dans un communiqué.

"Nous ne pouvons pas attendre et nous n'attendrons pas d'éventuelles décisions politiques susceptibles de retarder la scission d'Uniper."

PERTE NETTE ATTENDUE POUR 2015

Dans le cadre de la législation actuelle, les entreprises qui créent des filiales sont responsables de ces dernières pour une durée de cinq ans.

Pour empêcher les électriciens allemands d'échapper au paiement du démantèlement des centrales nucléaires, dont la dernière doit fermer d'ici 2022 en Allemagne, un projet de loi prévoit d'obliger les compagnies électriques à prendre en charge le démantèlement des centrales et le stockage des déchets radioactifs jusqu'au bout.

Même s'il ne transfère pas ses centrales nucléaires à Uniper, E.ON peut poursuivre son projet de scission qui le verrait conserver les réseaux, les énergies renouvelables et nucléaires et les activités de service tandis qu'Uniper prendrait les centrales électriques restantes, le négoce sur le marché de l'énergie et les activités dans le pétrole et le gaz.

Les actifs d'E.ON dans l'énergie nucléaire en Allemagne représentent environ 8% de son portefeuille de production d'électricité. Il exploite trois centrales en Allemagne et possède des participations minoritaires dans trois autres.

Le groupe a annoncé jeudi qu'il subirait une perte nette importante en 2015 en raison d'un montant record de provisions pour dépréciations d'actifs au troisième trimestre, proche de 10 milliard d'euros. Il impute cette charge à la chute des cours des matières premières et à un "contexte politique et réglementaire insuffisant".

Pour l'ensemble de l'exercice 2015, E.ON a maintenu sa prévision d'un bénéfice avant intérêts, taxes, dépréciations et amortissements (Ebitda) compris entre 7,0 et 7,6 milliards d'euros et d'un bénéfice net hors exceptionnel compris entre 1,4 milliard et 1,8 milliard d'euros.

Avec Reuters (Christoph Steitz et Harro ten Wolde; Bertrand Boucey pour le service français)

Sujets associés

NEWSLETTER Energie et Matières premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Energies renouvelables

Capteur solaire - CR 110

KIMO INSTRUMENTS

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

WESER

Technicien Qualité (H/F)

WESER - 03/10/2022 - CDI - TOURS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS