E.ON récupère 11,8 milliards d'actifs d'Endesa

Après deux ans de bataille et une OPA ratée, E.ON reprend des actifs d'Endesa mis en vente par Enel et Acciona.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

E.ON récupère 11,8 milliards d'actifs d'Endesa
La consolante pour E.ON. Après deux ans d'une âpre bataille pour prendre le contrôle de l'énergéticien espagnol Endesa, finalement repris par le couple Enel et Acciona, l'allemand récupèrera au final une poignée d'actifs du groupe dans divers pays européens. Ce rachat d'un montant de 11,8 milliards d'euros a été validé par le directoire du groupe allemand dans la matinée.

Dans les faits, E.ON acquiert Viesgo, une filiale espagnole d'Enel ; 3GW de capacité de production d'Endesa en Espagne ; 80 % d'Endesa Italie pour 7,2 GW et 65 % d'Endesa France/Snet pour 2,5 GW. Ces deux dernières participations placent le géant comme quatrième fournisseur d'énergie en Italie et troisième en France. En Espagne, le rachat de Viesgo lui apporte 580 000 clients et place le groupe en quatrième place sur ce marché avec près de 10 % de parts de marché.

Wulf Bernutat, le p-dg d'E.ON se félicite de la nouvelle place ainsi prise par le groupe en Europe, «Avec ces acquisitions nous nous renforçons notablement sur le marché de l'éolien en Espagne, où nous sommes déjà très présent, tout comme en Italie.Cela nous donne aussi une place très intéressante sur le marché de l'électricité en France. E.ON a désormais une présence internationale supérieure à tous les autres groupes. » Le montant de la transaction est de 8,9 milliards d'euros, auxquels s'ajoutent environ 2,9 milliards d'euros de reprise de dettes. L'opération devrait être finalisée au troisième trimestre 2008.

Une guerre politique

Cet épilogue était prévu de longue date. En février 2002, le marché de l'énergie à peine dérégulé, E.ON offrait 29,7 milliards d'euros pour contrer l'OPA hostile de Gas Natural envers Endesa. Le gouvernement espagnol, officiellement neutre, a tout fait pour bloquer les visées de l'Allemand et par la voie du tout nouveau régulateur de l'énergie espagnol, le CNE, avait posé des conditions difficiles à accepter pour le potentiel repreneur. Un an plus tard, E.ON proposait 42,4 milliards pour acquérir Endesa, mais, au final, le gouvernement espagnol lui a préféré l'offre du conglomérat de BTP espagnol Acciona, associé à l'italien Enel, pour 43,4 milliards d'euros. Pour désamorcer la plainte d'E.ON auprès de la Commission européenne, le duo italo-espagnol avait alors proposé au géant allemand de reprendre des actifs du groupe dans divers pays.

Ce qui est aujourd'hui chose (quasi) faite.


Fabrice Frossard

Partager

NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS