Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

E-Fan : l’avion électrique d’Airbus Group en voie d’industrialisation

Olivier James , , , ,

Publié le

L’avion 100% électrique d’Airbus Group, dénommé l’E-Fan, a effectué son premier vol officiel vendredi 25 avril. L’avionneur le produira en série dès 2017.

E-Fan : l’avion électrique d’Airbus Group en voie d’industrialisation © Airbus Group

Pas à pas, l’avion électrique devient une réalité industrielle. En présentant vendredi 25 avril à l’aéroport de Bordeaux-Mérignac (Gironde) son E-Fan en présence notamment d’Arnaud Montebourg, ministre de l’Economie et du Redressement productif, Airbus Group (ex-EADS) a donné de la consistance à l’un des projets aéronautiques les plus ambitieux du moment : faire voler un avion sans la moindre goutte de kérosène. L’ensemble des partenaires du projet prévoit d’investir environ 50 millions d’euros dans les trois prochaines années pour son industrialisation.

Révélé en statique lors du dernier salon du Bourget en 2013, l’E-Fan a cette fois-ci volé et fait la démonstration de ses performances et de son silence, bénéficiant même le temps de son vol d’une parenthèse ensoleillée. De bon augure pour Airbus Group ? L’avionneur croit en tout cas fermement dans le développement de ce biplace de près de 7 mètres de long, dédié à la formation et aux aéroclubs, qui tire son énergie des seules batteries électriques.

Un projet public-privé

Ce vol officiel et très médiatisé prouve d’abord que ce type d’appareil peut voler. C’est le centre Airbus Group Innovations qui a mené de bout en bout ce projet, depuis sa conception fin 2011 à son envol. "Les batteries représentent le principal défi technologique de l‘avion électrique, assure en marge de l’événement Emmanuel Joubert, responsable du projet E-Fan chez Airbus Group. Il ne faut pas non plus oublier l’importance de tout le système de gestion intelligente de l’énergie qui optimisera les performances de ces batteries."

Pour ce prototype de l’E-Fan, les batteries Lithium-ion polymère ont été fournies par le sud-coréen Kokam, quant aux matériaux composites à base de fibres de carbone, ils ont été fabriqués par la PME Aero Composites Saintonge (ACS). "Nous avons notamment assuré la conception de l’avion et procédé aux études aérodynamiques", explique tout sourire Francis Deborde, PDG d’ACS. Les industriels ont par ailleurs bénéficié de nombreux soutiens financiers publics. Il fait d’ailleurs partie de l’un des 34 plans industriels d’Arnaud Montebourg.

Cette journée marque aussi le début d’une nouvelle étape : celle de l’industrialisation de l’appareil. Une usine d’environ 1000 mètres carrés devrait sortir de terre près de l’aéroport de Bordeaux-Mérignac et produire ses premiers appareils dès la fin 2017. "Les capacités de production devraient atteindre 50 à 80 appareils d’ici 5 à 10 ans", estime Emmanuel Joubert. Les avions qui sortiront de cette usine auront alors un autre visage que le prototype présenté aujourd’hui, assemblé avec des pièces "sur étagères", c’est-à-dire non conçues spécifiquement pour cet appareil.

En route vers le tout électrique !

Deux types d’aéronefs seront produits, de deux ou quatre places. Et surtout, de grands noms de l’aéronautique vont monter à bord, dont Safran, Zodiac Aerospace, Daher-Socata, mais aussi Saft ou bien encore le CEA. "L’usine sera de taille réduite, et ne devrait pas en elle-même coûter plus d’un million d’euros, commente en aparté Agnès Paillard, présidente d'Aerospace Valley et chef de projet de la société Voltair, 100% filiale d’Airbus Group et créée pour l’occasion. Nous chercherons à produire l’avion avec le plus d’automatisation possible". Les technologies de réalité augmentée et de cobotique (associations humain-robot) ont été évoquées parmi les process envisagés pour cette installation industrielle. Dassault Systèmes participera à la construciton de cette usine du futur.

 

Notre dossier : A quoi ressemblera une usine, demain ?

 

Avec l’E-Fan, Airbus Group monte aujourd’hui une marche supplémentaire dans l’industrialisation de l’avion électrique. L’enjeu reste celui d’augmenter l’intensité électrique des batterie et de réduire leur volume. Peu à peu, le défi sera d’électrifier des aéronefs de plus en plus grands. La possibilité de produire un avion hybride de 90 places pourrait voir le jour dans les 25 prochaines années, selon plusieurs sources. Quant à l’avion de ligne gros porteur 100% électrique, l’année 2050 est vue comme un horizon optimiste.

Olivier James

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle