Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Du vendredi 23 juin 2006

, , , ,

Publié le

Mittal et Arcelor proches d'un accord ? EADS : la CDC attend les conclusions de l'AMF. British Airways soupçonnée d'entente sur les prix. Intel inaugure une nouvelle ligne de production. Le P-DG de Google rompt le secret. Ford

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer


Mittal et Arcelor proches d'un accord ?
C'est à la une de la Tribune : Mittal et Arcelor seraient sur le point de conclure un accord que Guy Dollé pourrait soumettre à son conseil d'administration dimanche matin. « Situation atypique, ce dernier aurait à choisir entre deux projets », projette le quotidien. D'un côté, l'alliance avec Severstal qui vient d'améliorer sa proposition. De l'autre la proposition de Lakshmi Mittal, revue et corrigée pour la deuxième fois. En terme de gouvernance, l'anglo-néerlandais accepterait que Joseph Kinsh reste à la tête du conseil d'administration, que la majorité des administrateurs soit nommée par Arcelor ou soient des indépendants et que le nouveau groupe soit baptisé Arcelor-Mittal. Sur le plan industriel, Mittal aurait également fait des concessions, acceptant des céder ses actifs peu rentables. Au final, le dernier point d'achoppement serait le prix. « Guy Dollé a toujours mis la barre au-dessus de 40 euros », rappelle la Tribune, contre un cours actuel de 35,02 euros qui stagnait autour de 20 euros avant l'offensive... « Les discussions tourneraient aujourd'hui autour de 43 euros », avance le quotidien. Les deux groupes se sont refusés à tout commentaire, mais assurément, « à l'issue de cinq mois d'affrontement, la bataille entre Mittal et Arcelor semble entrer dans sa dernière ligne droite ».

EADS : la CDC attend les conclusions de l'AMF.
Pour une mauvaise affaire, c'est une très mauvaise affaire que vient de réaliser la Caisse des dépôts et des consignations ! En effet, l'institution de la rue de Lille, principale acquéreuse en avril de la participation de 7,5 % dans EADS vendue par le groupe Lagardère, a réalisé une moins-value de 200 millions en l'espace de deux mois ! D'autres grandes institutionnels en sont également pour leur frais, notamment la Caisse d'Épargne (0,5 % du capital d'EADS), Prédica (Crédit Agricole) et la CNP (filiale de la CDC). « Le rachat de ces actions coûte cher aux "zinzins" », sourit les Echos. Les suspicions de délits d'initié qui planent autour de ces transactions sont loin de consoler ces investisseurs malheureux. Pour l'instant la CDC n'envisage pas d'actions en justice et s'en remet à l'enquête menée par l'Autorité des marchés. La morale de cette histoire est que : « Patriotisme économique et investissement avisé ne font pas toujours bon ménage. La Caisse des dépôts vient d'en faire l'amère expérience », conclut la Tribune.

British Airways soupçonnée d'entente sur les prix.
Les autorités de la concurrence de Grande-Bretagne et des Etats-Unis enquêtent sur une possible entente illégale sur le prix des billets, entre plusieurs compagnies aériennes dont  British Airways (BA), révèle la Tribune. Une perquisition au siège de la compagnie britannique a été réalisée par l'OFT (Office of Fair Trading). Côté américain, la justice a également lancé des investigations. Pour l'instant, souligne l'OFT, l'enquête n'est qu'à ses débuts et aucune culpabilité n'est établie. « L'affaire semble cependant sérieuse », estime la Tribune. En effet, tout en se défendant d'avoir enfreint la loi, BA a mis en congés, pour la durée de l'enquête, deux de ses principaux dirigeants, rapporte les Echos. Dans le même temps, l'action British Airways a connu un sérieux trou d'air hier à la Bourse de Londres, clôturant en baisse de 5,91 % à 364 pences.

Intel inaugure une nouvelle ligne de production.
« La guerre sans merci que se livrent Intel et AMD pour la domination du marché des puces pour ordinateurs a pris hier un nouveau tournant », s'exclame la Tribune. Paul Otellini, le P-DG d'Intel a inauguré hier une nouvelle ligne de fabrication à Leixlip en Irlande. Résultat d'un investissement de près de 2 milliards d'euros, cette ligne, baptisée "Fab 24-2", produira les puces de nouvelle génération de 65 nanomètres sur des wafers (tranches de silicone) de 300 mm pour toutes les gammes d'ordinateurs. « Confronté au ralentissement du marché informatique et à la pression concurrentielle croissante de son rival californien AMD, Intel avait enregistré une baisse sensible de 5 % de son chiffre d'affaires et de 38 % de ses résultats au cours du premier trimestre », rappelle les Echos.  Avec cette inauguration la marque « reprend l'offensive », conclut la Tribune.

Le P-DG de Google rompt le secret.
Depuis le début de l'année, Éric Schmidt, le patron du célèbre moteur de recherche Google, a décidé de rompre avec la culture du secret qui entoure son entreprise. Il s'exprime aujourd'hui dans les colonnes des Echos afin de jouer davantage la transparence pour éviter les spéculations et préciser ses ambitions. Ces ambitions d'ailleurs ne devraient pas se réaliser par des acquisitions. « Il va très probablement y avoir une consolidation du secteur, explique le dirigeant, mais je ne pense pas que nous y jouerons un rôle ». D'ailleurs au sujet d'AOL Europe, actuellement en vente, Éric Schmidt est très clair : « Nous pourrions acheter mais ce n'est pas nécessaire ». En lieu est place des rachats, le P-DG de Google préfère mener un politique active de partenariat et investir localement dans des laboratoires de recherche, comme cela devrait « bientôt » être le cas en France.

Ford pourrait rejoindre GM au fond du gouffre.
Au vu de son degré de solvabilité, Ford pourrait bientôt détrôner GM de la place de compagnie américaine causant le plus de soucis aux investisseurs et la moins susceptible de régler ses dettes, estime le Financial Times. L'interrogation porte sur la viabilité du plan de redressement de la marque, qui prévoit un retour des profits opérationnels dès 2008 en Amérique de Nord. Les analystes ont des doutes sur la capacité de Ford d'enrayer les récentes pertes du groupe et s'interrogent sur la qualité du management de la famille qui contrôle ce fabricant d'automobiles. Pour mémoire, rappelle le quotidien saumon, chaque modèle GM et Ford accuse un surcoût de plus de 1 000 dollars face à ses concurrents japonais, de quoi faire réfléchir à deux fois les clients...

Bruxelles propose des primes à l'arrachage.
« Traduit en eurolangue, le dicton "quand les parents boivent, les enfants trinquent" donne : "Quand les viticulteurs vendangent, les contribuables trinquent" », raille le quotidien suisse le Temps. Et pour cause, chaque année Bruxelles alloue au secteur viticole 1,2 milliard d'euros, pour favoriser une production largement excédentaire, évaluée à 178 millions d'hectolitres par an. Ce déséquilibre entre l'offre et la demande menace  l'équilibre du marché et pourrait provoquer une chute des prix. Pour contrer cette surproduction récurrente, la Commission européenne a présenté officiellement son projet de réforme de l'organisation commune du marché du vin. « Il prévoit l'arrachage, au cours des cinq années à venir, de 400 000 hectares de vignes sur les 3,4 millions d'hectares détenus par plus de 1,5 million d'exploitants de l'Union », détaille les Echos. Cet arrachage volontaire serait rétribué par des aides d'un montant total de 2,4 milliards d'euros. « Pour sauver le vin européen, l'Union pousse le bouchon » un peu loin, estime Libération. La France a d'ailleurs jugé « inacceptable » ce plan de restructuration, précise le quotidien, sans voir l'ironie de la chose. Ce sont « les mêmes gouvernements qui se ruinent en subventions et qui multiplient les campagnes indiscriminées contre l'alcool, la France emportant le pompon en la matière », s'emporte le Temps. Mais que voulez-vous, « Boire un verre de rouge n'est plus politiquement correct ».

Bon week-end !
Bertrand BEAUTÉ

 

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle