Du sommet social à Petroplus, une semaine d'industrie

Semaine de tension sur le front de l'emploi. Quelques jours après que Nicolas Sarkozy a réuni un sommet social à l'Elysée, Lejaby est fixé sur son sort, et la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne est mise en vente. Retour sur les évènements majeurs de l'actualité industrielle de ces sept derniers jours.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Du sommet social à Petroplus, une semaine d'industrie

Le fait marquant
Le chômage flirte avec des sommets jamais atteints, les dossiers épineux se multiplient (SeaFrance, Petroplus, Lejaby)... C’est dans ce contexte que Nicolas Sarkozy reçoit à l'Elysée syndicats et patronnat pour le sommet social programmé de longue date au mercredi 18 janvier. A l’issue de la rencontre, le président de la République présente plusieurs mesures d’urgence. Le chômage partiel sera favorisé, aucune charge ne pèsera sur l'embauche de jeunes par les TPE. Un programme spécial sera mis en place pour la formation des chômeurs sans activité depuis plus de 2 ans. Les effectifs de Pôle Emploi seront renforcés. La TVA sociale quant à elle reste dans les projets, mais sera précisée d'ici à la fin du mois.

Outre ces mesures "boucliers" face à la crise, de plus gros chantiers sont annoncés. Le sommet voit par exemple renaître le projet de "banque de l’industrie", initialement porté par Christian Estrosi en janvier 2010. Le schéma n’est pas encore connu mais divers instruments au sein de l'Etat pourraient intervenir : Oseo, , la Caisse des dépôts, le FSI et ses autres fonds spécialisés.

Au lendemain du sommet, Nicolas Sarkozy endosse le costume de VRP de la TVA sociale chez Calor. Alors que la question n’a pas été précisée la veille, elle ressurgit à Lyon. "Ce sont des décisions extrêmement lourdes qui concerneront vos emplois et votre vie quotidienne", explique-t-il aux salariés de l’entreprise. Soucieux d’enrayer le déclin industriel de la France, il explique : "Il ne s'agit pas de produire moins cher que les Chinois ou les Indiens mais je ne peux pas accepter qu'on produise plus cher que les Allemands".

Lundi 16 janvier
En visite sur le site de la Fonderie du Poitou, le ministre de l’Industrie Eric besson sort le grand jeu pour rassurer les salariés. Devant les représentants syndicaux et les élus locaux, il évoque les projets de reprises du site ainsi que les décisions prises avec Renault pour la pérennité du site. Et bonne nouvelle pour l’usine, la marque au losange a pris des engagements auprès d’Eric Besson.

Renault devrait rapatrier en 2012, les culasses produites jusque là par Montupet en Bulgarie. "Cela portera à 600 000 culasses, les volumes commandés par Renault. S’y ajouteront 100 000 culasses commandées par PSA". "Renault soutiendra en trésorerie les besoins de la Fonderie du Poitou pour assurer, au-delà de ces commandes, l’équilibre d’exploitation à un peu plus de 800 000 culasses".

Mardi 17 janvier
Dans un entretien exclusif avec L’Usine Nouvelle, Luc Oursel répond aux accusations portées par Anne Lauvergeon. En effet, depuis quelques jours, la polémique enfle autour des indemnités de licenciements de son prédécesseur, et des conditions d’achat d’UraMin. "Il n’y a aucun complot", assure-t-il fermement. Il précise que sa priorité reste de redresser les comptes de l’entreprise. "Je ne rentrerais dans aucune polémique publique", ajoute-t-il.

Quant à un éventuel démantèlement d’Areva, Luc Oursel dément : "Nous voulons conserver notre activité minière mais nous ne sommes pas fermés à une ouverture du capital".

Mercredi 18 janvier
Le nom du repreneur de Lejaby est enfin dévoilé. C’est Alain Prost, l’ex-patron de l’Italien La Perla, qui rachète le fabricant de lingerie français. Un choix déploré par les salariés. En effet, seuls 195 salariés sur 450 conservent leur emploi dans le cadre de ce plan de reprise sur le site de Rillieux. L’usine d'Yssingeaux en Haute-Loire est quant à elle sacrifiée.

48h plus tard, Arnaud Montebourg, en visite chez Lejaby, dénonce le gouvernement français "qui n’a rien fait".

Jeudi 19 janvier
Forte baisse de la consommation électrique, boom des énergies renouvelables, le Réseau transport d’électricité (RTE) fait deux annonces surprenantes. Lors de la présentation de son bilan électrique pour l’année 2011, l’entreprise annonce que la consommation française a chuté de 6,8 % par rapport à 2010.

A noter aussi que le solde exportateur de la France vers ses voisins européens a presque doublé par rapport à 2009 et 2010. L’Hexagone aurait produit de l’électricité à des prix plus compétitifs poussant les électriciens étrangers à se fournir en France.

Vendredi 20 janvier
Depuis début janvier, les politiques se relayaient au chevet de la raffinerie Petit-Couronne. Des déplacements médiatico-politiques qui n’auront pas changer grand chose quant à l'avenir incertain du site. Petroplus annonce en effet la mise en vente de sa seule raffinerie française. D’autres alternatives stratégiques sont encore étudiées par la direction.

"J'avais dit la semaine dernière que nous nous préparions à toutes les options, y compris à celle-ci", a expliqué Eric Besson, ministre de l'Industrie. "Nous préparer, cela veut dire que nous avons noué avec l'ensemble de la filière pétrolière et, deuxièmement, avec un certain nombre de repreneurs potentiels, des contacts".

Dans la foulée, le groupe Total annonce qu'il n'est pas intéressé par la reprise du site.

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS