Du salon du Bourget aux centrales russes, une semaine d’industrie

Le Salon du Bourget est l'événement majeur de la semaine. Matchs de commandes, incontournables et trouvailles de niche sont décortiqués par les journalistes aéro de l'Usine Nouvelle rendus sur place. En fin de semaine, une annonce marque le secteur du nucléaire. Le russe Rosatom promet de renforcer la sûreté de ses réacteurs, alors qu'un rapport révèle des failles sérieuses sur son parc. Retour sur une semaine d'industrie.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Du salon du Bourget aux centrales russes, une semaine d’industrie
Devant le fuselage du C19

Le Fil rouge : place au salon du bourget
Lundi 20 juin, jour J pour le secteur de l'aéronautique et de l'espace, le salon du Bourget ouvre ses portes aux professionnels. L'événement est le théâtre d'un grand jeu d'annonces, plus ou moins programmées, par les consctructeurs. Dès le premier jour, l'avionneur brésilien Embraer engrange 39 commandes fermes d'E-jets. Airbus n'est pas en reste, et mène course en tête jour après jour face à son concurrent Boeing. Mercredi, l'avionneur européen se distingue particulièrement en décrochant une commande de la compagnie indienne à bas coût s IndiGo : 150 A320 Neo et 30 A320 sont à inscrire sur le carnet d'Airbus. Jeudi, une nouvelle commande vient détrôner celle de la veille. La compagnie AirAsia s'engage en effet sur 200 Airbus A320 Neo : un contrat pour lequel John Leahy, le vendeur vedette d’Airbus, n’a pas dû faire moins qu’une danse du ventre. A la fin des quatre premiers jours de salon, la récolte est bonne. Sur les 1041 avions commandés au Bourget, 667 sont des A320 NEO.

Les technos de l'espace sont également présentes : tandis que le projet de satellite Galiléo prend de l'ampleur, le CNEs cherche comment impliquer les PME dans le spatial. Et sur le plan militaire, sans être une vraie nouveauté, les drônes s'octroient une place de choix sur le salon.

Du bilan des commandes aux avions à ne pas manquer, en passant par la stratégie des PME, mobilisée, la rédaction de L'Usine Nouvelle a suivi l'événement au jour le jour. A voir et à revoir : notre dossier spécial Bourget 2011.

Lundi 20 juin
L'Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) réunit pour toute la semaine ses 151 États membres à Paris. Objectif : mener une réflexion internationale sur la sûreté nucléaire après la catastrophe de Fukushima.

A Fukushima justement, la toute nouvelle usine de décontamination des eaux, mise sur pied notamment par Areva, est contrainte de s’arrêter peu après avoir démarré. En cause, le niveau trop élevé des radiations radioactives. Parallèlement, le gouvernement japonais se prononce pour la reprise du fonctionnement des centrales nucléaires du pays, trois mois après le début de la catastrophe.

Mardi 21 juin
L'Inspection générale des affaires sociales (Igas) publie sa seconde étude sur le système de français de l’Hexagone. Un rendez-vous très attendu : son premier rapport a été à l’origine de l’affaire Servier en début d’année. Comme imaginé, l’organisme préconise des modifications radicales du système de santé. Deux jour plus tard, l’industrie fait bon accueil à la réforme du médicament.

Sur un tout autre dossier, malgré l’opposition des partis de gauche, le texte sur les gaz de schiste est adopté à l’Assemblée nationale.

Mercredi 22 juin
STX rompt les amarres avec la compagnie libyenne GNMTC. La compagnie libyenne lui avait commandé la fabrication d’un paquebot. Problème : depuis que la crise politique libyenne s'est déclenchée, GNMTC n'a pas les moyens de payer. Lun des membres dirigeants de cette compagnie n’est autre que l’un des fils de Mouammar Kadhafi, Hannibal Kadhafi, dont les avoirs ont été gelés. C'est dans ce contexte que la commande passée aux chantiers français a donc été résiliée. Sans désespérer totalement d'une future négociation.

Jeudi 23 juin
Selon un sondage réalisé par Opinion Way et commandité par Banque Palatine, Challenges et i>Télé, 66% des 300 patrons sondés pensent que la prime obligatoire est une bonne mesure pour motiver les salariés. "Il s’agit d’un mécanisme obligatoire qui va concerner peu d’entreprises, mais accolé désormais à un volet doté d'un mécanisme très incitatif pour les PME", estime le secrétaire général de la CGPME interrogé par l’Usine Nouvelle.

Ce même jeudi, on apprend qu'un document publié par une ONG incrimine la sûreté des centrales russes. Il s’agit des extraits d’un rapport adressé au président Dimitri Medvedev par Rosatom pointant de graves failles de sûreté sur les réacteurs du pays. Le lendemain, Rosatom annonce un investissement de plus de 374 millions d’euros sur 2011 et 2012 pour mettre les centrales au niveau de sécurité de l’après-Fukushima.

Vendredi 24 juin
La dernière note de conjoncture de l’Insee est formelle : l’économie française est désormais suffisamment robuste pour résister aux chocs. Sa croissance est estimée à 2,1 % pour 2011.
Sur l'EPR de Flamanville enfin, Bouygues serait dans le viseur de l’ASN. Des accidents intervenus sur le chantier de l’EPR n’auraient pas été déclarés, croit savoir le journal L’Humanité qui s’est procuré un procès verbal.

Accédez à toute l’information UsineNouvelle.com sur l’édition 2015 du salon du Bourget

ANA LUTZKY

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS