Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[Edito vidéo] Du rapport Attali au “Rapport Bombing”

Publié le

Vidéo L'éditorial de Christine Kerdellant, directrice de la rédaction

[Edito vidéo] Du rapport Attali au “Rapport Bombing”
Christine Kerdellant
© DR

 

 

Emmanuel Macron est né à la politique par la grâce d’un rapport, celui de la Commission pour la libération de la croissance française, dite commission Attali, dont il était, à 29 ans, le rapporteur général adjoint, choisi par Jacques Attali lui-même. L’ancien conseiller de François Mitterrand a toujours eu l’art de repérer les hauts potentiels. C’est lui qui, au début des années 1980 à l’Élysée, avait « découvert » François Hollande et Ségolène Royal. À la même époque, comme il l’a raconté à « L’Express » en 2007, il avait fait visiter le Palais à Nicolas Sarkozy, jeune avocat gaulliste fasciné par les lieux de pouvoir, dont il avait subodoré le destin.

Attali n’a pas mis plus longtemps à repérer chez l’inspecteur des finances Macron « son extrême compétence, sa rapidité d’esprit, sa grande humilité et sa loyauté ». Après l’avoir laissé faire son détour par la banque Rothschild, il organise en 2010 un dîner pour le présenter à François Hollande. Une fois élu, Hollande nomme Emmanuel Macron secrétaire général adjoint de l’Élysée, puis ministre. Mais, reconnaît Attali, « même si Emmanuel ne m’avait pas rencontré, il serait devenu président de la République ».

Macron, cet « aimant qui attire la chance » – encore un mot d’Attali, en mai 2017 –, a donc été baptisé en politique grâce à l’unique rapport de ces dernières décennies qui ait été sinon entièrement appliqué, du moins largement exploité, avec celui de Louis Gallois sur la compétitivité des entreprises. À ces deux exceptions près, les rapports, en France, n’avaient jusqu’alors que deux fonctions : donner une mission à des organismes ou à des individus désoccupés mais proches du pouvoir ou enterrer un sujet brûlant. Le temps que le diagnostic soit rendu, l’opinion publique oubliait le problème.

Le nouveau Président sait donc tout le parti que l’on peut tirer d’un rapport, à condition de le commander à des gens intelligents et pragmatiques dont les idées ne sont pas trop éloignées des vôtres. Rien de tel pour déblayer le terrain et préparer l’opinion aux mesures impopulaires. Rien de tel non plus, si le casting est bien choisi, c’est-à-dire indiscutable, pour dépolitiser une problématique. N’est-ce pas le plus grand mérite de ce gouvernement que de mettre tous les sujets critiques sur la table pour les « objectiver » ? Rapport de Pierre Mathiot sur la réforme du bac, rapport d’experts sur Notre-Dame-des-Landes, rapport de Jean-Cyril Spinetta sur la SNCF et bientôt rapport de Cédric Villani sur l’intelligence artificielle, rapport sur le service national, rapport sur le rôle de l’entreprise, rédigé à quatre mains par un casting de rêve, Jean-Dominique Senard et Nicole Notat… Macron utilise ces missions comme un chef d’entreprise les BCG ou McKinsey : pour récolter des idées neuves, certes, mais aussi pour lancer des ballons d’essai et surtout pour faire dire par d’autres ce qu’on ne peut dire soi-même. Quitte, si le rapport va trop loin, à faire le tri dans ses préconisations.

Macron doit profiter de cette période où la croissance est bonne, le chômage en baisse et les syndicats pas encore requinqués pour réformer à tout va. Comme les Alliés noyant les côtes de la Manche sous un tapis de bombes avant le débarquement, ce déluge de rapports dérangeants lui ouvre la voie. Le « rapport bombing » est efficace quand on est là « pour faire, pas pour plaire ». Mais il ne garantit pas la réussite de l’attaque. 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle