Du nucléaire à Photowatt, une semaine d'industrie

Un rapport qui prône un allongement de la durée de vie des centrales, l'entrée en campagne de Nicolas Sarkozy et son déplacement chez le fabricant de panneaux photovoltaiques Photowatt ont rythmé la semaine. Sans oublier les nombreux résultats financiers des industriels. Retour sur ces derniers jours d'actualité économique et industrielle.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Du nucléaire à Photowatt, une semaine d'industrie

Le fait marquant
Nombreux sont ceux qui ne vont retenir que la déclaration de Nicolas Sarkozy dans la campagne présidentielle cette semaine. Mais Medef, UIMM, Syntec…Plusieurs acteurs de l’industrie se sont aussi mobilisés dans la campagne. Et font leurs propositions.

Mardi 14, c’est Laurence Parisot qui ouvre le bal des propositions en dévoilant son Besoin d’aire, redite du premier opus de 2007. 23 propositions au total, parmi lesquelles la demande d’une stratégie de désendettement compétitif, la poursuite de la réforme des retraites ou encore l’instauration d’une modulation sur la question de l’employabilité. Sur la durée du temps de travail, l‘organisation patronale se dit favorable à une négociation sur la durée du travail entre partenaires sociaux au niveau des branches ou des entreprises.

Le collège des éditeurs Syntec choisit le lendemain, le 15 février, pour publier cinq nouvelles propositions venant compléter les 10 premières émises en janvier. L’accent est alors mis entre autres sur la création d’un statut de société créatrice de logiciel et sur la construction de formations packagées destinées aux universités. De son côté, la Fondation Internet nouvelle génération (Fing) n’émet pas de propositions mais a réalisé des scénarios de rupture sur les questions numériques 2012-2013. Ou comment inviter des décisionnaires ou entrepreneurs à se pencher sur des questions importantes sur les mutations écologiques et l’impact des nouvelles technologies.

Jeudi, l’UIMM, syndicat de la métallurgie, insiste pour sa part sur quatre grands thèmes : les compétences, le marché du travail, le dialogue social et le financement de la protection sociale. Autant de propositions qui se présentent sous la forme d’un nouveau pacte social pour une industrie compétitive.

Lundi 13 février
Les centrales nucléaires en France n’ont pas fini de fonctionner. C’est ce que déclare le ministère de l’Industrie s’appuyant sur les conclusions du rapport Energie 2050 remis ce 13 février. Elles mentionnent notamment le fait qu’il faut que les centrales tournent pendant 60 ans pour conserver une indépendance énergétique en France. Un rapport qui n’a pas manqué de faire réagir, notamment les candidats à l’élection présidentielle.

Le même jour débute à l’Assemblée nationale l’examen du projet de TVA sociale. Selon la commission des Finances, l’industrie devrait capter 25% des 13,2 milliards d’euros d’allégements de cotisations patronales engendrées par la mesure. Soit au total 3,3 milliards d’euros. Ce budget est bien moindre par rapport à celui accordé aux services par exemple selon le rapport de la commission. Si le projet est retoqué après une manœuvre politique ce soir-là en commission, le texte est finalement adopté le 15 février au soir par les députés. Le budget rectificatif doit pour sa part être totalement voté le 17 février.

Mardi 14 février
Nicolas Sarkozy se rend dans l’usine Photowatt de Bourgoin-Jallieu pour présenter aux salariés de l’entreprise en difficulté les détails du sauvetage proposé par EDF. "Formellement, c’est le tribunal qui décidera mais je serais extrêmement étonné qu’il décide qu’EDF n’est pas un repreneur crédible", assure le président de la République. Le projet d’EDF a pour avantage sur les deux autres offres de reprise de conserver les 430 emplois. L’électricien doit aussi mettre plusieurs dizaines de millions d’euros sur la table. La ministre de l’Ecologie, Nathalie Kosciusko Morizet, profite de cette visite pour annoncer une bonification de 10% des tarifs de rachat de l’électricité photovoltaïque pour les installateurs utilisant des panneaux comportant 60% de leurs éléments fabriqués en Europe.

Ce mardi, L’Usine Nouvelle révèle en exclusivité un tchat interne entre Luc Oursel, patron d’Areva, et ses salariés. Selon Anne Lauvergeon, ex-dirigeante du groupe, c’est au cours de cette discussion que son successeur aurait avoué avoir co-commandité l’entreprise d’espionnage à son encontre. Cette révélation intervient le jour même où le groupe Areva publie les conclusions de l’audit interne sur l’affaire UraMin. Elles ne révèlent pas de fraude, mais avant tout des dysfonctionnements dans la gouvernance du groupe.

Mercredi 15 février
Encore une mauvaise nouvelle pour le groupe PSA. L’année dernière n’a vraiment pas été bonne. Son bénéfice net est divisé par deux et son résultat opérationnel courant marque le pas à 1,35 milliard d’euros. Face à cette tendance, le groupe français durcit à nouveau sa politique d’économies. Après les 800 millions d’euros annoncés à l’automne dernier, c’est cette fois 200 millions d’euros supplémentaires que le constructeur doit réaliser en Europe. L’objectif étant de soutenir la stratégie d’internationalisation et de montée en gamme du groupe, tout en réduisant son endettement.

Le 15 février restera une date clé dans la campagne 2012. C’est ce jour-là que choisit le président de la République pour se déclarer candidat. Nicolas Sarkozy met l’accent sur la valeur travail qu’il veut placer au centre de tout. Ce même soir, son principal concurrent, François Hollande tient meeting à Rouen. Il en profite pour afficher son ambition industrielle, notamment en s’emparant des dossiers chauds du moment, Photowatt, Lejaby et évidemment la raffinerie de Petit-Couronne, toute proche.

Jeudi 16 février
Journée de résultats financiers à tout va. Renault affiche un bilan en demi-teinte avec un effondrement de son bénéfice net mais un bénéfice d’exploitation en progression. Une conséquence de sa bonne tenue sur les marchés émergents notamment, avec des synergies clés et sa gamme Entry. Reste que comme son concurrent le constructeur s’abstient bien de donner des prévisions pour l’année 2012 face à de profondes incertitudes dans l’économie mondiale.

Dans un registre différent, Technip et PPR voient leurs résultats progresser, tout comme le spécialiste des spiritueux Pernod Ricard. Mais Eramet voit son bénéfice net reculer malgré des ventes en légère hausse. Dans les pays proches de la France, Nestlé en Suisse est satisfait de son année, ainsi que le belge Solvay dont les performances opérationnelles ont été meilleures que l’an passé.

Chez EDF, les résultats sont bons avec un triplement de son bénéfice net, notamment porté par la production d’électricité nucléaire. De quoi être optimiste pour 2012. Le groupe annonce ce même jour qu’il a enfin finalisé l’accord avec l’italien Edison. Le dénouement heureux d’une longue saga, qui permet au groupe français de prendre le contrôle exclusif de l’acteur italien.

En exclusivité, le nouveau patron de Lejaby, Alain Prost, révèle à L’Usine Nouvelle que la marque de lingerie va lancer à l’automne une collection Made In France. Ce repreneur estime qu’il y a eu trop de médiatisation autour de l’usine d’Yssingeaux. Il annonce qu’il a créé une nouvelle sociéyé La Maison Lejaby avec les 195 salariés conservés et qu’elle va continuer à produire de la corsetterie et non pas de la maroquinerie pour le groupe Louis Vuitton.

Vendredi 17 février
A l’occasion d’un sommet franco-britannique, plusieurs industriels français décrochent des contrats ou en tout cas des engagements. Dans le secteur du nucléaire civil, Areva et Rolls-Royce confirment la signature d’un protocole d’accord visant à étendre leur coopération dans la fabrication de composants pour de nouvelles centrales nucléaires. D’autres projets menés au Royaume-Uni entre autres sont concernés par cet accord.

Mais le groupe nucléaire français ne s’arrête pas là et signe un protocole d’accord portant sur la livraison de chaudières nucléaires et de systèmes d'instrumentation et de contrôle destinés à la future centrale de Hinkley Point. Et ce avec le groupe EDF.

Autre accord conclu ce même jour sur le plan de la défense cette fois. Paris et Londres donnent le coup d’envoi d’un projet conjoint d’avion de combat sans pilote et poursuivre donc la mutualisation de leurs dépenses militaires. Le partenariat stratégique est signé sur le long terme et comprend aussi le développement de missiles et d’essais nucléaires communs. Dassault Aviation et BAE Systems font partie des industriels impliqués.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS