Du lundi 24 juillet 2006

  • Les températures montent et la fièvre acheteuse des Français aussi.
  • Des bénéfices, de l'optimisme et de la nouveauté pour Microsoft.
  • Airbus vole plus haut que Boeing à Farnborough.
  • La Finlande s'attaquer au dossier du temps de travail d
  • Partager


    Les températures montent et la fièvre acheteuse des Français aussi.

    A défaut d'être champions du monde, les Français sont champions de la consommation. Au mois de juin, les dépenses des ménages ont augmenté de 1,7 %, portant à 5,6 % la hausse sur un an. « C'est le meilleur résultat depuis 6 ans » note La Tribune. La consommation donne donc un coup de fouet à la croissance. L'effet Coupe du Monde et début des soldes expliqueraient en partie ces bons chiffres, publiés vendredi par l'Insee. Ce sont les biens de d'équipement du logement qui bénéficient de la meilleure progression, 3,2 % pour mai-juin et 22,3 % sur douze mois ! Un constat peu étonnant au regard du - quasi - million d'écrans plats vendus ces deux derniers mois, ventes dopées par la bonne performance des Bleus au Mondial. Les Français poursuivent leur frénésie de dépenses et ne se sont privés de rien : produits manufacturés, automobiles. Les Echos détaille et analyse l'évolution des secteurs majeurs sur une pleine page.

    Des bénéfices, de l'optimisme et pour Microsoft.
    Après l'annonce des résultats de l'exercice 2005/2006, Les Echos reviennent sur la performance de la firme de Bill Gates. Qui ne rêverait pas d'une croissance de 11 % de son chiffre d'affaires et d'engranger plus d'un milliard de bénéfice par mois ? Même ces chiffres peuvent surprendre l'éditeur dont la croissance était freinée ces derniers temps. La direction tablait, en avril, sur un chiffre d'affaires autour des 44-44,2 milliards de dollars, qui s'établit finalement à 44,3 milliards et enregistre 12,6 milliards de bénéfices net. Malgré la condamnation de 400 millions de dollars infligée par Bruxelles, le géant de l'informatique n'est pas très affecté. Sa trésorerie se porte bien et il annonce même un plan de rachat d'actions de 40 milliards de dollars, prévu en deux temps.
    2006-2007 promet d'être une année chargée pour Microsoft. Fort du succès de ses divisons informatiques, et loisirs, notamment avec le carton de la console Xbox 360, déjà écoulées à 5 millions d'exemplaires, Microsoft compte renouveler certains produits vedettes. Vista, un système d'exploitation, devrait bientôt remplacer le fameux Windows tandis qu'un rival de l'iPod doit être commercialisé d'ici à la fin de l'année.

    Airbus vole plus haut que Boeing à Farnborough.
    Lors du salon aéronautique en Angleterre, l'avionneur européen a décroché un joli contrat avec Singapore Airlines (SIA). Ainsi, la compagnie s'est engagé à acheté 9 appareils A380 et de 20 Airbus A350, pour une facture globale de 5,9 milliards d'euros, soit 7,9 milliards de dollars. « Le choix de SIA, le tout premier client de la nouvelle version de l'A350, est aussi pour Airbus et son projet XWB, le gage de confiance qui est en train de revenir de la part des clients importants du transport aérien » commente La Tribune.
    Au total, une douzaine de compagnies ont montré leur intention d'acquérir 182 appareils Airbus pour un montant de 16,9 milliards d'euros, alors que le concurrent américain Boeing n'aurait inscrit que 79 commandes pour 7,94 milliards d'euros, prix catalogue. Pourtant, souligne Les Echos, les dernières commandes enregistrées ne permettront pas à Airbus de « refaire son retard » cette année, sur son rival. Au nombre de commandes fermes, c'est bien l'Américain qui bat l'Européen avec 480 appareils contre « seulement » 117.

    La Finlande veut s'attaquer au dossier du temps de travail dans l'UE.
    Bientôt la fin de la semaine de 48 heures ? Pas en France, bien sûr mais au sein de l'Union. La Finlande, qui préside les Vingt-cinq depuis le 1er juillet, souhaiterait modifier la directive de 1993, limitant la semaine de travail à une durée maximale de 48 heures. Les Echos explique toutefois qu'il existe une clause qui permet d'augmenter le volume horaire en cas d'accord entre employeur et salariés, appelée « opt out ». Et précisément, cette clause constitue « la principale pomme de discorde entre deux ?camps' européens, respectivement menés par la France et la Grande-Bretagne » précise le journal. Autrement dit, il s'agit des anti et des pro-flexibilité. Gommer ou pas la clause "d'Opt Out", la Finlande souhaite parvenir à un accord commun permettant à chaque pays de s'adapter à l'évolution de l'économie de marché. La souplesse va devenir le mot à la mode les temps prochains.

    L'Italie ouvre largement ses portes aux immigrés.

    Alors que le Ministre de l'Intérieur annonce dans une interview au Figaro, la régularisation de 6 à 7 000 étrangers, dont les enfants sont scolarisés en France, l'Italie montre son ouverture à l'immigration. Le nouveau gouvernement s'apprête à lancer une régularisation de masse. « Ouvrir son marché du travail va profiter à l'économie italienne et au pays en entier » se réjouit Vladimir Spidla, commissaire aux Affaires sociales de l'Union, déclaration rapporté par Les Echos. Ainsi, l'Italie va permettre à 350 000 clandestins de travailler sur son territoire, dépassant d'autant le quota fixé par le gouvernement Berlusconi pour l'année. Le pays accueille donc des personnes venant de récents entrants de l'Union, comme la Pologne, mais également des immigrés « extra-communautaires ». En bousculant ses quotas, politique mise en place en 1998, l'Italie donnera au total 500 000 permis de séjour cette année. En Allemagne, la régularisation des sans-papiers est aussi un sujet chaud. Elle pourrait également régulariser bientôt bon nombre de ses clandestins.

    Carine Sai

    A demain !

    Partager

    LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

    LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

    ARTICLES LES PLUS LUS