L'Usine Energie

Du frigo solaire sur triporteur au dessalement d'eaux saumâtres : neufs projets innovants dans les énergies renouvelables au Maroc

, ,

Publié le

L’Iresen et plusieurs consortiums d’universités et d’entreprises, marocaines et étrangères ont conclu des conventions de financement pour réaliser neuf projets dans le domaine des énergies solaires et éoliennes ainsi que du dessalement . Montant total : près de 3 millions d'euros.  

Du frigo solaire sur triporteur au dessalement d'eaux saumâtres : neufs projets innovants dans les énergies renouvelables au Maroc © energy-science

La signature des conventions de financement entre l'Etat, l'Iresen et les porteurs de neuf projets innovants dans le domaine des énergies renouvelables s'est déroulée le 13 décembre à Rabat chapotée par Abdelkader Amara, ministre de l’Energie et Lahcen Daoudi, ministre de l’Enseignement supérieur.

Ces projets de R&D dit Inno PV & Inno Wind – 2013 cumulent 33 millions de dirhams (2,9 millions d'euros) de financement apporté par l'Etat.

Ils font suite à un appel à projet de l'Institut de recherche en énergie solaire et en énergies renouvelables (Iresen) basé à Rabat, dont les résultats étaient connus depuis mai après évaluation scientifique mais les financements non encore conclus.

Les financement soutiennent 5 projets dans le photovoltaïque (InnoPV), 2 projets dans l’éolien (Inno Wind) et 2 projets de dessalement (Inno Therm II). Les consortiums qui vont mener ces projets comportent au total 38 instituts de recherche et 16 entreprises, marocains et étrangers.Les projets doivent débuter pour certains dès janvier 2014. Ils sont les suivants :

1 - Projet More Solar : confié à l’Université internationale de Rabat. Ce projet a obtenu 65% (2,3 millions de dirhams) des 3,5 millions que représente le coût global. Il a pour mission la gestion de fermes solaires au Maroc.

2 - Projet Loucom : pris en charge par l’Université internationale de Rabat. Il a obtenu 40% (5 millions de dirhams) des 12,25 millions  du coût global. Il vise à développer la production du solaire photovoltaïque à concentration à faible coût.

3 - Projet Propre.ma : géré par l’Université Cadi Ayyad de Marrakech. Il a obtenu en financement le tiers du coût global de 13,6 millions de dirhams soit 4,5 millions de dirhams. Son objet est d’établir des cartes de productivité photovoltaïque à l’échelle du Maroc.

4 - Projet Frigo Solaire sur triporteur : confié à l’Université Hassan II de Casablanca-Mohammedia. Il a obtenu 62% du coût global de 3,7 millions de dirhams soit 2,3 millions de dirhams. Il devra assurer le transport de marchandises périssables dans le respect des règles de conservation en utilisation une technologie propre.

5 - Projet Secrets : Confié à l’Université Ibnou Tofail de Kenitra.  Sa mission est le développement urbain durable par optimisation de la consommation d’énergie.

6 - Projet Nanolubricants : Confié à l’Université Abdel Malek Essaadi de Tetouan. Il a obtenu 65% du coût global de l'investissement de 4,1 millions de dirhams soit 2,7 millions de dirhams. Il aura pour mission le développement  des produits lubrifiants pour améliorer le fonctionnement des éoliennes dans des conditions difficiles.

7 - Projet Wind Turbine : Confié à l’Université Al Akhwayn d'Ifrane. Il a obtenu 76% de du coût global de 3,2 millions de dirhams soit 4,2 millions de dirhams. Il est chargé de la conception et la fabrication de petites éoliennes à usage domestique et à faible coût pour répondre aux besoins des populations isolées.

8 - Projet de dessalement solaire des eaux saumâtres : Confié à l’Université Moulay Ismail de Meknès. Il a obtenu de l’IRESEN 51% du coût global de 8,3 millions de dirhams soit 4,3 millions de dirhams. Il doit notamment répondre aux besoins en eau et en énergie dans certaines régions du pays.

9 - Projet de dessalement solaire de l’eau de mer : Confié à l’Université internationale de Rabat, en partenariat notamment avec l’OCP. Il a obtenu 55% de l'investissement global de 7,2 millions de dirhams soit 4 millions de dirhams. Il a pour mission le développement d'un nouveau concept d’usine de dessalement en utilisant des énergies renouvelables.

Ces projets doivent notamment aider le Maroc d'aller dans le sens des objectifs fixés par les autorités qui espèrent parvenir à 42% de la puissance électrique installée en énergies renouvelables à l´horizon 2020 contre 26% actuellement.

Nasser Djama

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte