Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Du 11/09/06: PSA, Hewlett-Packard, Telecom Italia, Safran...

, , , ,

Publié le


PSA cherche pilote chevronné.
« Jean-Martin Folz a créé la surprise vendredi en annonçant son départ anticipé du groupe PSA Peugeot Citroën », rappelle les Echos. A soixante ans et depuis une dizaine d'années à la tête du constructeur automobile, le président du directoire lâchera le volant en janvier. Les actionnaires et en particulier la famille Peugeot qui détient 40 % des droits de vote de PSA, doivent désormais trouver un successeur digne de ce nom en moins de quatre mois. Une quête qui s'annonce difficile... « Si Jacques Calvet avait laissé un groupe assaini sur le plan financier, poursuit les Echos, Jean-Martin Folz a été l'homme d'une croissance sans précédent, faisant passer la production de seulement 2,1 millions de voitures à 3,4 millions aujourd'hui. » Des résultats qui seront durs à reproduire compte tenu des difficultés qui affectent l'ensemble des constructeurs généralistes... Pourtant, « le futur patron de PSA devra faire la même chose mais en mieux, estime l'éditorialiste de la Tribune. Un défi difficile à relever dans un secteur où les hommes providentiels se font de plus en plus rares ».

Scandale à la tête de Hewlett-Packard !
« Écoutes illicites de journalistes, règlement de comptes entre administrateurs, enquête de la justice... Le groupe informatique Hewlett-Packard va-t-il connaître son ?Watergate? ? », interroge les Echos. Le scandale que vit actuellement HP a éclaté mercredi dernier. En effet, dans un document remis ce jour là à la SEC, le gendarme des marchés financiers, HP a reconnu que Patricia Dunn, la présidente du groupe, avait engagé un cabinet de détectives privé début 2005 afin de repérer l'auteur de fuites dans la presse. L'enquête a conclu que la source était un administrateur, George Keyworth, auquel le conseil d'administration a demandé sa démission. Mais, l'affaire vient de Tom Perkins, un autre administrateur, qui a rendu son mandat en signe de protestation et demandé une enquête fédérale sur les écoutes auxquelles s'est livré le cabinet de détectives. En gros, « Hewlett-Packard espionnait pour éviter les fuites », résume Libération. Des écoutes qui ont touché neuf journalistes dont ceux du New York Times et du Wall Street Journal. « Patricia Dunn, quant à elle, à déclaré qu'elle quitterait son poste si le conseil d'administration le lui demandait », conclut la Tribune.

Les cours de pétrole au plus bas depuis cinq mois.
A Londres, le prix du baril du Brent pour livraison en octobre s'est déprécié de 5,5 % en une semaine, à 65,32 dollars. A New York, idem. Le WTI a fini la semaine à 66,25 dollars après une baisse de 4 %. Les cours du brut poursuivent donc leur glissade, -15 % depuis le pic de 78,64 dollars, et atteignent désormais leur plus bas depuis cinq mois. « La poursuite de la reconstitution des stocks pétroliers aux Etats-Unis la semaine dernière n'a fait que contribuer à la détente des cours », note la Tribune. Dans ce contexte, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) devrait laisser son quota de production - 28 millions de barils par jours hors Irak - inchangé à l'issue de la réunion ministérielle qui se tient aujourd'hui, à Viennes. L'or noir va-t-il pour autant redevenir abordable ? Rien n'est moins sûr. Au Nigéria, le secteur connaît une nouvelle grève et la menace géopolitique iranienne est loin d'être écartée.

Telecom Italia veut vendre sa filiale mobile.
C'est à la une du Wall Street Journal et du Financial Times, Telecom Italia pourrait vendre son activité mobile, Telecom Italia Mobile (TIM), le numéro un italien des opérateurs de téléphone portable. La décision de céder TIM constituerait un revirement dans la stratégie de Telecom Italia. En effet, ces rumeurs interviennent moins de deux ans après le rachat par des minoritaires de TIM, en juin 2005, pour 20 milliards d'euros. Néanmoins, Telecom Italia, pourrait retirer près de 35 milliards d'euros de cette vente. Par ailleurs, l'opérateur pourrait également céder sa filiale brésilienne, TIM Brazil, avance les Echos, pour 6 milliards d'euros. In fine, ces deux ventes permettraient à Telecom Italia d'effacer sa dette de 41 milliards d'euros.

Quel avenir pour Safran ?
« A la veille du conseil de surveillance de mardi, les rumeurs vont bon train au sujet de l'avenir de Safran », note les Echos. Le groupe, né en 2005 de la fusion entre Snecma et Sagem, pourrait changer de stratégie et notamment se débarrasser de sa branche mobile, déficitaire. « A ce sujet, un accord avec Motorola aurait même été conclu », croit savoir les Echos. Une rumeur qui n'est pas remonté aux oreilles du Figaro Économie pour qui : « le sort de Safran est entre les mains de l'État. » Les élus d'Ille-et-Vilaine et de Bretagne se mobilisent, note le quotidien. Ils redoutent les conséquences d'une vente de l'activité mobile. L'État pourrait également intervenir, notamment en ce qui concerne la succession de Grégoire Olivier, parti vers Faureccia. Sur fond de tension sur le dossier Suez-GDF, ce dossier pourrait embarrasser le gouvernement. En effet, l'État avait donné son feu vert en 2004 à ce mariage qui, finalement, tourne au divorce après seulement seize mois.

Le 11/09 pèse sur les entreprises.
Il y a tout juste cinq ans, deux avions percutaient deux tours du World Trade Center, percutaient notre monde, en quelque sorte. L'un des cœurs de la finance mondial venait d'être touché. « La prise de conscience a été brutale », note le Parisien Économie, et, aujourd'hui encore, « le 11 septembre pèse encore sur les entreprises ». Pour le quotidien, les entreprises, ont dû se prémunir elles aussi contre le terrorisme dans des pays pourtant peu réputé à risque. Principaux groupes concernés, les entreprises de transport bien évidemment. Aéroports de Paris (ADP) a investi 300 millions dans la sécurité avec l'installation de 2 000 caméras et le doublement des agents de sécurité. En tout, le transport aérien a supporté une facture de 4 milliards d'euros soit en raison des désaffections, soit pour s'adapter aux nouveaux règlements.

A demain!
Bertrand Beauté


 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle