Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

DRT exporte l'essence du pin des Landes

, , , ,

Publié le

Ce landais spécialisé dans la chimie verte s’est rapproché de ses clients dans la parfumerie, les adhésifs et les cosmétiques.

DRT exporte l'essence du pin des Landes
L'usine de Vielles-Saint-Girons, l'un des trois sites français du groupe, approvisionne de nombreux secteurs industriels.

Un développement international fulgurant ! DRT (Dérivés résiniques et terpéniques), qui valorise la colophane et l’essence de térébenthine extraites de la résine du pin, est décidément atypique. Depuis quatre-vingt-deux ans, ce groupe fondé par des sylviculteurs landais approvisionne de nombreux secteurs industriels avec quelque 250 produits chimiques dérivés du pin et autres résineux. Détenu à 100% par des capitaux familiaux, DRT réalise plus de 80% de son chiffre d’affaires à l’international. Pourtant, « ce développement à l’export est assez récent. Il a été lancé en 2005 par la nouvelle équipe de direction », explique Éric Moussu, le directeur commercial et marketing. À l’époque, le chiffre d’affaires hors Europe ne dépassait pas 5%.

Une matière première fiable

La stratégie mise en œuvre s’est révélée efficace. « Nous avons développé des plates-formes logistiques à São Paulo, New York, Singapour… au plus près de nos clients afin qu’ils soient livrés en trois jours maximum », précise Éric Moussu. DRT, qui emploie 1000 personnes dans le monde, a réalisé 320 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2013. La majorité de l’effectif (700 salariés) reste toutefois localisée sur ses terres landaises, dans trois usines à Castets, Lesperon et Vielle-Saint-Girons. « Notre matière première, en l’occurrence des ressources végétales, est issue des industries forestières, ce qui nous garantit de pouvoir suivre la croissance de nos clients, car elle n’est pas soumise à des aléas de récolte », affirme Éric Moussu.

DRT, qui a son siège à Dax (Landes), se charge ensuite, par des procédés chimiques, de fractionner l’essence de térébenthine. Elle est produite après distillation par les papeteries, en alpha-pinène, en bêta-pinène et en 3-carène, à partir desquels sont conçues des résines polyterpéniques et terpènes phénoliques (y compris en dispersions aqueuses) ou des ingrédients de parfumerie permettant de fabriquer pas moins de 250 produits. DRT consacre 5% de son chiffre d’affaires annuel à la R&D. Il fournit des marchés aussi divers que la parfumerie, les cosmétiques, la confiserie (pour la gomme à mâcher), les résines, les adhésifs, le caoutchouc, les cosmétiques et les compléments alimentaires.

« Nous lançons deux à trois produits par an », souligne Éric Moussu. DRT va encore accroître ses positions aux États-Unis en installant, début 2016, une unité pour distiller les essences de papeterie achetées localement. Elle lui permettra de sécuriser ses marchés existants et d’assurer le développement de nouveaux produits destinés aux marchés de la parfumerie et des résines terpéniques. DRT veut poursuivre son développement dans la parfumerie avec de nouvelles plates-formes logistiques et des partenariats commerciaux en Argentine, en Colombie, au Mexique, en Indonésie et en Chine.

Dans le secteur des adhésifs, le groupe landais connaît une croissance annuelle de 15 à 20%, de plus en plus d’industriels s’efforçant de réduire leur dépendance aux produits pétroliers. « Nous réfléchissons à mettre des bureaux en Inde », souligne Éric Moussu. Enfin, en France, DRT s’est doté l’an passé d’une quatrième usine avec le rachat de SBS à Mourenx (Pyrénées-Atlantiques), qui travaille sur l’acroléine, une molécule utilisée notamment dans la parfumerie, les cosmétiques et la pharmacie. Le landais a aussi récemment contribué au sauvetage du groupe Gascogne (464,7 millions d’euros de chiffre d’affaires, 2 136 salariés), principal acteur de la filière bois en France, en constituant un consortium d’investisseurs avec, notamment, Biolandes Technologies. La dynamique actuelle de DRT est telle que le groupe recrute environ 50 personnes par an.

Les autres champions

Repetto (Saint-Médard-d’Excideuil, Dordogne), produits pour la danse. 60 millions d’euros de chiffre d’affaires, dont plus de 60% à l’export (70 de ses 87 boutiques sont à l’étranger). 350 salariés.

Ceva (Libourne, Gironde), santé animale. 700 millions d’euros de chiffre d’affaires, dont 91,1% à l’export. 3 200 salariés.

Acteon (Mérignac, Gironde), équipements et consommables pour les dentistes. 127,3 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2013, dont 85% à l’export. 700 salariés.

Construction navale de Bordeaux (Gironde), leader mondial des catamarans de croisière. 116 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2013, dont 90% à l’export. 550 salariés.

Amplitude Systèmes (Pessac, Gironde), l’un des leaders mondiaux des lasers à impulsions brèves. 40 millions d’euros de chiffre d’affaires, dont 95 % à l’export. 200 salariés.

 

Lectra s’étend sur trois continents

« Chez nous, la langue de travail est l’anglais pour tous les salariés, même en France », explique Daniel Harari, directeur général de Lectra, qui emploie 1 400 salariés, dont 660 au siège social à Cestas (Gironde). De son cœur de métier, la mode, l’entreprise a su développer son savoir-faire ces dernières années dans d’autres secteurs, comme l’automobile. Présent en Europe (44% du chiffre d’affaires à l’export), en Amérique (27%) et en Asie-Pacifique (22%), le leader mondial des solutions technologiques intégrées pour les industries utilisatrices de matériaux souples possède 31 filiales (bientôt 32) à l’étranger. La première a été implantée en Allemagne, en 1981. Aujourd’hui, « notre stratégie est de travailler en direct, sans intermédiaires », explique Daniel Harari. Tiré par une forte croissance de ses ventes en Chine, le groupe affiche 203 millions d’euros de chiffre d’affaires (en hausse de 5%) pour l’exercice 2013, dont 92% à l’export !?

 

Réagir à cet article

Usine Nouvelle N°3385-3386

Vous lisez un article de l’usine nouvelle N°3385-3386

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2014 de L’Usine Nouvelle
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle