Drones, satellites, dirigeables, avion électrique... les plans aéronautique et spatial décollent chacun à leur rythme

Sur le front des satellites, les résultats sont déjà au rendez-vous avec des premiers succès commerciaux. Par contre, le manque d’intérêt des investisseurs privés fragilisent l’envol de la filière des ballons dirigeables.

Partager

Drones, satellites, dirigeables, avion électrique... les plans aéronautique et spatial décollent chacun à leur rythme

Les plans des secteurs aéronautique et spatial, faisant partie des 34 plans du programme de la nouvelle France industrielle, ont passé leur examen de passage le 9 mars à Bercy. Ils visent à permettre aux industriels de développer d’ici cinq à dix ans une offre de produits made in France adaptés aux marchés les plus porteurs. Emmanuel Macron, ministre de l’Economie, et le secrétaire d’Etat aux Transports, Alain Vidalies, ont fait un point sur les avancées des plans drones et ballons dirigeables, avion électrique, et satellite à propulsion électrique.

Le plan satellite à propulsion électrique est celui qui avance le plus vite. Il bénéficie d’un aide financière de 73 millions d’euros. Un soutien à la hauteur de l’enjeu : "La moitié du chiffre d’affaires de l’industrie spatiale européenne est aujourd’hui liée aux satellites commerciaux de télécommunications (…) A l’horizon 2020, les satellites 'tout électrique' représenteront plus de 50% des ventes" rappelle le CNES, chef de projet dans ce domaine. L’objectif : permettre aux fabricants franco-européens de rattraper leur retard sur l’américain Boeing, le premier à vendre des satellites dans ce domaine. Depuis, Airbus Group a vendu trois satellites à propulsion électrique notamment aux opérateurs Eutelsat et SES, avec un premier lancement prévu en 2017.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

L’E-fan commercialisé en 2018

Autre plan qui a déjà bien décollé, l’avion électrique E-Fan conçu par Airbus et son partenaire Aéro Composites Saintonge. L’avion léger a réalisé son premier vol en avril 2014 à l’aéroport de Bordeaux-Mérignac. Les deux sociétés vont présenter de nouvelles versions de leur avion propulsé par des moteurs électriques. Un exemplaire amélioré devrait effectuer la traversée de la Manche en amont du salon du Bourget et une version encore plus aboutie, semblable à la version commercialisable du biplace sera présentée au salon. Le marché visé est celui de la formation initiale et de l’entrainement des pilotes. Airbus Group envisage de commercialiser son appareil en 2018. Le plan a bénéficié d’une aide de 5,1 millions d’euros.

Un conseil des drones civils

Le dernier plan passé à l’étude, se décompose en deux volets. D’une part, une partie pour le développement d’une filière drones, en pleine expansion. En 2015, le marché des services et des équipements devraient atteindre 300 millions d’euros. En deux ans, le nombre d’opérateurs a été multiplié par 13. Un conseil des drones civils sera mis en place pour actualiser la réglementation, définir les priorités technologiques du secteur et établir un plan d’attaque pour l’export.

D’autre part, ce plan vise à développer l’usage des dirigeables. Dans ce domaine, le bilan est mitigé. Sur les douze projets en lice, seuls deux ont été labellisés. Le projet de drone stratosphérique promu par Thales Alenia Space, et le projet de dirigeable capable de transporter des charges lourdes porté par Flying Whales. "L’année 2015 sera décisive pour boucler le tour de table financier de ces deux projets" souligne Bercy, une manière de dire que les investisseurs ne montrent qu’un intérêt limité pour ce type de projets.

Réduction du nombre de plans

Après le passage en revue de l’ensemble des 34 plans, Bercy devrait annoncer en avril un recentrage sur une dizaine d’entre eux. Cette réduction devrait se faire soit en rapprochant différents plans portant sur des activités connexes, soit en les transférant vers les organismes de filière comme le CORAC pour l’aéronautique ou le COSPACE pour le spatial. Au total, l’enveloppe de 3 milliards d’euros pour leur développement devrait être maintenue.

Hassan Meddah

Hassan Meddah Journaliste défense, spatial et cybersécurité

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 5 mars pour concourir aux trophées des usines 2021

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Paris - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS