DRH, les salariés veulent vous voir plus souvent !

Direction : le terrain. Tel est le message envoyé par les salariés à leurs DRH pour le compte de la Cegos. Après avoir conquis la légitimité des directions générales, les DRH doivent faire leur grand retour auprès de la base. Ça tombe bien : l’étude indique que les DRH ont choisi ce métier par intérêt pour la dimension humaine. Reste plus qu’à….

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

DRH, les salariés veulent vous voir plus souvent !

Entre les salariés et les DRH, la communication pourrait s’améliorer. Il existe d’importantes marges de manœuvre, indique une récente étude réalisée par la Cegos. La base est, en effet, en attente de davantage de liens avec les ressources humaines qui leur semble souvent trop lointaine, même s’ils reconnaissent leurs compétences techniques et organisationnels. En témoigne l’écart sur la perception des uns et des autres des qualités qui font un bon drh : l’écoute n’est cité que par 39 % des DRH et réclamé par 53 % des salariés. L’item "respect des autres" fait l’objet d’un écart d’une ampleur encore plus grande : cité par 33 % des DRH et 64 % des salariés !

Le hic pour ces derniers, c’est que les DRH travaillent d’abord pour la direction. C’est le principal reproche qui ressort (48 %) des sondés devant le manque de proximité et l’insuffisante prise en compte du facteur humain (tous deux à 37 %).

Paradoxe révélé par cette étude en miroir : l’humain c’est ce qui fait vibrer nos DRH. Quand ils ont choisi ce métier, 32 % disent l’avoir fait pour "accompagner le développement des hommes et de leurs compétences" et 53 % se déclarent satisfaits dans leur activité quand ils "jouent un rôle de conseil sur les ressources humaines auprès des managers" et 41 % le sont quand ils "accompagnent humainement les projets de changement". 47 % des DRH questionnés indiquent même que les récentes évolutions du droit, la gestion des risques psycho sociaux et la crise les ont conduit à "être davantage en soutien des managers sur les dimensions humaines".

Définition

Le hiatus vient évidemment d’une différence de définition de ce qu’est l’humain pour les uns et les autres. Pour les salariés, c’est d’abord la prise en compte de leur situation personnelle, quand les DRH pensent traiter de l’humain quand ils gèrent globalement les questions liés aux salariés. Une situation qu’Annick Cohen-Haegel, consultante à la Cegos, éclaire en expliquant que le DRH est devenu aujourd’hui un business partner (un membre de la direction qui à ce titre travaille au développement de l’organisation). "Son rôle est en train d’évoluer vers celui de business and human partner."

Cette évolution est d’autant plus essentielle que l’enquête révèle que les attentes des salariés vis-à-vis de leurs DRH sont très orientées vers leurs besoins concrets : apporter des améliorations continues aux conditions de travail (59 %), être force de proposition sur leur développement de carrière (38 %), être disponible pour au moins une rencontre annuelle (34 %). Le dialogue avec les partenaires sociaux arrive juste derrière (34 %).

C’est toute l’ambiguïté du terme "ressources humaines" que fait éclater cette enquête. Le salarié entend surtout "humaines" quand le responsable pense "ressources".

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS