Dow conforte son centre R&D à Sophia Antipolis

Présent depuis 40 ans sur la technopole de Sophia Antipolis (Alpes-Maritimes), Dow investit 2,3 millions d'euros dans la rénovation de son centre d’innovation où l’effectif est passé de 90 à 161 salariés en 2014.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Dow conforte son centre R&D à Sophia Antipolis

Le groupe chimiste américain Dow conforte sa présence sur la technopole azuréenne en regroupant ses équipes R&D et support dans son centre d’innovation qui vient de subir une cure de rénovation pour un coût de 2,3 millions d'euros. Le bâtiment Dow regroupe désormais 161 personnes sur un terrain de 7 hectares. Il a notamment intégré les 71 salariés de Dow AgroSciences qui était implanté sur la partie Mougins de Sophia Antipolis (Alpes-Maritimes). Présent dès l’origine sur la technopole, Dow a absorbé en 2009 un autre chimiste, le groupe Rohm and Haas, également présent avec un établissement à Sophia Antipolis. Les équipes seront désormais regroupées.

A Sophia Antipolis, Dow héberge les activités commerciales et support technique en complément des équipes R&D pouvant répondre aux clients de cinq de ses six divisions. Sur la technopole les équipes de chercheurs possèdent une solide expertise dans les polymères en milieux aqueux qui interviennent dans la composition des produits de construction, les adhésifs, les revêtements, les peintures routières, l’emballage alimentaire, l’agriculture, la détergence et les cosmétiques. Dow est d’ailleurs à proximité du pôle aromatique et de parfumerie du bassin Grassois et Cannois. La pépinière Innovagrasse héberge plusieurs entrepreneurs œuvrant dans son activité comme les peintures écologiques.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Dow forme également à Sophia Antipolis les clients à ses nouveaux produits. Dans ce cadre, la bonne desserte internationale de l’aéroport Nice Côte d’Azur constitue un atout supplémentaire qui renforce la justification de la présence de son centre Antipolis. Enfin, le chimiste américain a bénéficié de 8,3 millions d’euros du crédit impôt recherche (CIR) à la fois à Sophia Antipolis et aussi dans trois autres sites en France.

Michel Bovas

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS