Doux Frais, le couperet est tombé : à peine 700 emplois sauvés

[ACTUALISE] - Le tribunal de commerce de Quimper a validé la reprise de cinq sites. Seuls 679 emplois seraient sauvés et 883 supprimés.

Partager

Doux Frais, le couperet est tombé : à peine 700 emplois sauvés

Le jugement prononcé lundi 10 septembre, dans l’après-midi, par les juges du tribunal de commerce de Quimper (Finistère) est sans surprise. Il est conforme aux informations qui circulaient depuis plusieurs jours. 1 562 CDI - 1 704 salariés en intégrant les CDD - étaient concernés par la liquidation judiciaire du pôle frais de Doux. D'après les premiers calculs effectués par les syndicats, 679 postes en CDI seraient sauvés et 883 supprimés.

Le groupe sarthois LDC rachète les deux sites de Laval (Mayenne) et de Sérent (Morbihan). Il reprend l'ensemble de l'effectif du premier - 303 salariés - et 60 personnes à Sérent, 114 postes sont donc supprimés.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Le tandem Glon-Sanders et Duc rachète l'outil de Boynes situé dans le Loiret où 80 postes seront sauvés et 75 supprimés.

Glon-Sanders reprend l'abattoir de Blancafort (Cher), il conserve 120 personnes, 63 sont licencées.

A Pleucadeuc (Morbihan), le groupe Doux obtient la reprise de l'usine, il sauve 135 CDI sur un total de 395 salariés.

Les autres sites de la Vraie Croix (Soprat) - 109 salariés - dans le Morbihan, de Graincourt (Doux Frais) - 248 salariés - dans le Pas-de-Calais et de Pontet dans le Vaucluse seront fermés faute de candidat au rachat.

Du côté des salariés, la déception est de mise. "Je pense que je suis plus déçu que content, même si les sites sont tous repris à part ceux qui ont été liquidés dernièrement, a commenté à l'AFP Jean-Luc Guillard, responsable syndical central CFDT Doux. Ce n'est pas une satisfaction d'annoncer qu'il y a plus de 1.000 licenciements, surtout dans une entreprise comme la nôtre qui avait du potentiel pour préserver tous les emplois. On a laissé l'entreprise à la dérive et c'est les salariés qui paient les pots cassés. Je ne suis pas du tout content".

Stanislas du Guerny (Bretagne)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 26 février pour concourir aux trophées des usines 2021

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Classe virtuelle - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    DOUX
ARTICLES LES PLUS LUS