Dossier recrutement : "Safran recrutera près de 1000 jeunes cette année"

Alors que L’Usine Nouvelle publie son dossier annuel des recrutements dans l’industrie, nous vous proposons de retrouver chaque jour de cette semaine une entreprise qui prévoit de recruter en 2013. Aujourd’hui, un groupe mondial : Safran. Stéphanie de la Tour du Pin, responsable campus et marque Employeur, a répondu à nos questions.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Dossier recrutement :

L'Usine Nouvelle - Pour quels motifs allez-vous recruter en 2013 ?
Stéphanie de la Tour du Pin - Trois raisons nous amènent à recruter en 2013, à commencer par la charge de travail croissante dans le secteur aéronautique, où l’activité de Safran est majeure. Nos carnets de commandes sont remplis, notamment sur le segment des moteurs d’avions civils. Nous développons aussi de nouveaux programmes de Recherche et Développement pour préparer l’avenir, ce qui est indispensable pour un groupe de haute technologie comme le nôtre. Enfin, nous recrutons aussi pour remplacer les personnes qui partent en retraite, ce qui représente près des deux tiers des 3000 embauches prévues en 2013.

Quels sont les modes de recrutement que vous privilégiez aujourd’hui ?
Nous recrutons selon 2 modèles : l’approche directe et la recherche de candidats via les CVthèques et les réseaux sociaux. Et le recrutement par annonces, via notre site de recrutement, www.safran-talents.com, où figurent toutes nos offres d’emploi et où les candidats peuvent déposer leur candidature. Pour élargir, nous diffusons également nos offres sur des jobboards mais aussi sur les réseaux sociaux comme Viadeo ou Linkedin. Pour les profils plus expérimentés, nous pouvons faire appel à des cabinets de recrutement. Nous travaillons aussi avec des écoles et des universités et tissons des relations avec les étudiants. Cela va du parrainage de promotion à la participation à des tables rondes ou encore à la création de parcours de formation. Par exemple, nous avons déjà déployé un module de gestion de projet dans deux universités.

Quelle place accordez-vous aux jeunes diplômés dans ces recrutements ?
Pour les ingénieurs, qui représentent environ 75 % des 3000 recrutements anticipés, la part de jeunes diplômés est de 30 à 40 %. Nous estimons que nous recruterons près de 1000 jeunes diplômés cette année. Si les compétences techniques sont primordiales, nous attachons aussi une grande importance aux savoir-être, à commencer par la capacité à travailler en équipe, qui est essentielle pour rejoindre le groupe.

Rencontrez-vous des difficultés à recruter certains profils ? Lesquels ?
Nous recevons entre 15 et 20 000 CV par mois, ce qui constitue un bon vivier pour nos équipes de recrutement. Sur certains métiers très spécifiques, nous pouvons rencontrer des difficultés car ce sont des expertises pointues, assez rares par rapport à la demande. C’est le cas dans le domaine des matériaux, de la sûreté de fonctionnement et de la navigabilité. Dans ce cas, nous privilégions l’approche directe et plus spécifiquement le "tracking" de candidats qui ne sont pas dans une démarche active de recherche d’emploi.

Il y a presqu’un an vous réunissiez la presse pour le lancement de votre marque employeur. Un tel effort a-t-elle des résultats tangibles ?
Oui, nous avons constaté un accroissement du nombre des candidatures de l’ordre de 50 % en un an. Le vivier que j’évoquais s’est élargi nettement. C’était un des objectifs de notre campagne, nous sommes donc satisfaits. Ceci étant, toutes les difficultés ne se sont pas résolues de manière miraculeuse.

Propos recueillis par Christophe Bys

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS