Dopés par l’innovation, les cobots gagnent du terrain sur les robots traditionnels

Une étude récente du cabinet Interact Analysis estime que si la robotique collaborative ne représente encore qu’une petite part du marché des robots, la mise en place d’un écosystème innovant autour des cobots devrait permettre à cette technologie de gagner rapidement des parts de marché.

Partager
Dopés par l’innovation, les cobots gagnent du terrain sur les robots traditionnels

Plus polyvalente et plus flexible, la robotique collaborative séduit de plus d’industriels et trouve de plus en plus d’applications face aux robots traditionnels. C’est ce qui ressort d’une étude du cabinet Interact Analysis publiée le 18 janvier.

Selon cet observateur du secteur de l’automatisation, le marché mondial des cobots devrait rapidement sortir de la crise liée au Covid-19 et connaître une croissance annuelle moyenne (CAGR) en valeur de l’ordre de 15 à 20 % jusqu’en 2028. Il devrait alors s’établir à 1,9 milliard de dollars (1,6 milliard d’euros). Jusqu’en 2024, le chiffre d’affaires du marché français de la cobotique devrait connaître une croissance CAGR de 6,1 %.

La robotique collaborative tire son épingle du jeu face à un marché de la robotique industrielle globalement en berne, note l’étude. En effet, l’International Fédération of Robotics (IFR) déplorait en septembre 2020 une chute des livraisons mondiales de robots de -12 % entre 2018 et 2019. A contrario, les livraisons de cobots étaient en augmentation de +18% sur cette période selon Interact Analysis.

Un potentiel de croissance élevé

A l’horizon 2028, les cobots devraient représenter presque 16 % du marché global de la robotique – une estimation certes revue à la baisse par rapport aux prévisions pré-covid-19 mais qui demeure dans une dynamique positive malgré le coup d’arrêt subi en 2020 par de nombreux secteurs industriels. En 2019, les cobots ne représentaient que 4,8 % des robots industriels installés dans le monde selon l’IFR.

« Les cobots ont assoupli la robotique industrielle et ont un grand potentiel d’utilisation dans des industries non-manufacturières, comme la logistique, l’éducation et même le secteur des services », explique dans une note de synthèse Maya Xiao, analyste principale du secteur des cobots chez Interact Analysis. « Cela se traduit par un potentiel de croissance beaucoup plus élevé que les robots traditionnels »

Cette grande polyvalence des cobots est portée par un véritable écosystème, constitué de fournisseurs de capteurs, de systèmes de vision, de préhenseurs ou encore de logiciels, qui rendent accessibles même aux petites entreprises des briques technologiques innovantes. Ces outils permettent de proposer des solutions « plug-and-play » afin d’adapter le cobot à un vaste champ d’applications. Ces appareils peuvent également être rapidement reconfigurés pour suivre les besoins de flexibilité de la production.

La flexibilité, fer de lance de la robotique collaborative

« Le vrai bénéfice des robots collaboratifs n’est pas nécessairement le fait qu’ils peuvent collaborer avec les humains », avait mis en avant en décembre dernier Rian Witton, analyste pour ABI Research, à l’occasion d’un bilan publié sur le site de la Robotic Industries Association (RIA). « C’est surtout qu’ils peuvent être facilement redéployés et ne nécessitent pas des investissements importants dans des infrastructures pour les installer. C’est vraiment cette flexibilité qui les démarque des bras robotisés industriels »

Pour autant, certains robots traditionnels – des bras polyarticulés de petites dimensions ou des robots de type SCARA - pourraient venir concurrencer les cobots sur le domaine de la flexibilité dans certaines applications de «pick and place », relèvent les analystes d’Interact Analysis. Ces robots pourraient bénéficier de nouveaux capteurs et éléments de sécurité pour faciliter leur intégration dans l’espace de travail.

Les petites charges utiles sont privilégiées

Parallèlement, les cobots deviennent plus costauds et peuvent désormais manipuler des charges de l’ordre de 10 à 20 kg, se rapprochant des robots traditionnels. Mais les applications restent encore limitées : seuls les domaines de la logistique et de la plasturgie devraient se montrer intéressés par ces robots, estime Interact Analysis. Le cabinet d’étude prévoit que les cobots dotés d’une charge utile inférieure à 9 kg devraient représenter 85 % des livraisons à l’horizon 2024.

L’Automobile et l’électronique sont actuellement les deux principaux secteurs pour la cobotique. Ils devraient conserver cette position jusqu’en 2024.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'hebdo de la techno

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles clés de l'innovation technologique

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le Mans, capitale du son

Le Mans, capitale du son

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Olivier James nous emmène au Mans pour nous faire découvrir un écosystème surprenant : celui de l'acoustique. En quelques années, la...

Écouter cet épisode

Le design dans le monde d'après

Le design dans le monde d'après

L'ancien secrétaire d'Etat socialiste, Thierry Mandon, est président de la Cité du Design de Saint-Etienne. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il présente la Biennale...

Écouter cet épisode

Viande in vitro, végétal... Frédéric Wallet dresse le menu de demain

Viande in vitro, végétal... Frédéric Wallet dresse le menu de demain

Dans ce nouvel épisode de « Demain dans nos assiettes », notre journaliste reçoit Frédéric Wallet. Chercheur à l'Inrae, il est l'auteur de Manger Demain, paru aux...

Écouter cet épisode

La fin du charbon en Moselle

La fin du charbon en Moselle

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Cécile Maillard nous emmène à Saint Avold, en Moselle, dans l'enceinte de l'une des trois dernières centrales à charbon de...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

VILLE DE CALLAC

Technicien des Services Techniques H/F

VILLE DE CALLAC - 31/03/2022 - CDD - CALLAC DE BRETAGNE

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

80 - MONTDIDIER

Etudes géotechniques pour la déconnexion de 25HA de surfaces actives du système de collecte de Montdidier en amont du DO13.

DATE DE REPONSE 20/06/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS