Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

PME-ETI

"Donnons nous la main" demande Arnaud Montebourg

Solène Davesne

Publié le

Tout ministre du Redressement productif qu'il est, Arnaud Montebourg n’a rien perdu de ses envolées lyriques. Devant les patrons de PME réunis hier, jeudi 28 juin 2012, à Planète PME, à Paris, le défenseur de l'industrie a surtout expliqué sa vision économique plus qu’il n’a présenté une feuille de route de son ministère.

Donnons nous la main demande Arnaud Montebourg © D.R. - Planète PME

Sa conception ? Interventionniste d’abord. "L’Etat n’a pas une conception libérale de l’économie dans le sens où nous ne nous désintéressons pas de l’économie", défend Arnaud Montebourg. Une vision interventionniste que le ministre entend appliquer au secteur de l’énergie, malgré les mésaventures de sa collègue Nicole Bricq, mutée de l’écologie au commerce extérieur. "L’Etat va s’intéresser à sa souveraineté énergétique. Nous souhaitons reprendre le contrôle".

Autre leitmotiv : le patriotisme. Car Arnaud Montebourg en est sûr. "les Etats qui ont le mieux passé la crise sont ceux qui ont réussi une alliance entre l’Etat, les grands groupes et le système de financement". Au passage, le ministre égratigne une nouvelle fois la finance, "qui est comme le cholestérol, il y en a du bon et du mauvais".

Jean-Claude Volot reste médiateur
Le médiateur de la sous-traitance Jean-Claude Volot a été confirmé à son poste par Arnaud Montebourg. "Nous regardons comment nous pouvons amplifier ses moyens d’actions", a souligné le ministre du Redressement productif.
Mais surtout pour Arnaud Montebourg, le redressement productif se joue sur le collectif. "C’est une bataille culturelle. Si nous voulons redresser la France, c’est avec vous", assure le ministre à l’attention des patrons de PME. Dans les jours qui viennent, Arnaud Montebourg a prévu de se rendre à l’école des Mines, pour mobiliser les jeunes ingénieurs.

"Imaginer d’aller un peu plus loin dans le collectif, dans le chasser en meute, fait partie des chantiers que nous ouvrirons", assure le ministre. Pour redresser  la compétitivité, Arnaud Montebourg n’est pas venu dévoiler ses pistes, en dehors du maintien du crédit impôt recherche ou de la création de la banque publique d’investissement. Mais il veut être à l’écoute des entreprises. "Votre réseau doit faire parvenir vos propositions", assure-t-il en s’adressant à la CGPME.  "Donnons-nous la main", conclut-il.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle