Doit-on réglementer les exportations ?

Face à l 'envol des prix des ferrailles qui déstabilise la filière acier...

Partager



OUI
CHRISTIAN BAFFY
Président de la Fédération française du bâtiment
?L 'Etat doit agir en cas de déséquilibre ?

Le bon sens et la raison sur la crise de l 'acier se heurtent à un discours sur la fatalité des règles de fonctionnement d 'un marché mondial qui veut que chacun subisse,en silence et avec résignation,les hausses de prix.Certes,le marché a ses lois,nul ne le conteste.Tout comme la politique économique des Etats a pour but d 'agir sur l 'économie en cas de déséquilibre grave. Or,que nous disent les experts ?Le train des hausses va se poursuivre,la crise n 'est pas passagère.
Les mêmes s 'accordent sur le caractère exceptionnel, atypique de cette flambée sans précédent depuis, au moins,la guerre de Corée.Qui plus est,on observe, ici ou là,sinon des situations de pénurie durable, de réelles difficultés d 'approvisionnement.
On comprend mal que les services de la concurrence de la Commission européenne notamment restent silencieux,eux qui sont toujours si prompts à agir pour préserver le libre marché.
Le marché de la ferraille en Europe souffre,dit-on, d 'une médiocre organisation.Que fait-on à ce sujet ? Rien.Il est vrai que des solutions de ce genre ne pourront produire leurs effets qu 'à moyen terme. Nous plaidons donc pour des mesures exceptionnelles telles que la prise en compte des hausses des matières par les donneurs d 'ordres voire l 'arrêt temporaire d 'exportations des ferrailles.En bref,nous appelons, comme d 'autres industries,à ce que soient étudiées, dans les plus brefs délais,des mesures de sauvegarde. Est-ce trop demander ou faut-il attendre des dépôts de bilan en nombre pour agir ?


NON
FRANCIS VEYS

Directeur général du Bureau international du recyclage et de l 'EFR (association européenne de recyclage des ferreux)
?Le marché doit rester libre, transparent et équitable ?

Devant l 'envol du prix des ferrailles, les vieilles lunes du protectionnisme ont recommencé à «bruisser » aux Etats--Unis. Cette fois,sidérurgistes et industries consommatrices sont tombés d 'accord pour réclamer des mesures au Gouvernement.En Europe,c 'est la Confédération européenne des industries du fer et de l 'acier (Eurofer) qui sonne la charge,en réclamant un contrôle des exportations à la Commission européenne.
L 'EFR se déclare opposée à tout type de contrôle.Nous avons bien sûr le souci de la bonne santé de nos clients sidérurgistes mais nous pensons qu 'une limitation du commerce risquerait d 'aggraver la hausse des prix.Rappelons que l 'Union européenne est encore importatrice nette de scraps!Il faut souligner également que le principal acheteur de ferrailles n 'est pas la Chine mais la Turquie,pays avec lequel l 'UE a des accords bilatéraux et pour lequel les restrictions d 'exportations sont impossibles.Les mesures de limitation d 'exportations mises en place par la Russie et l 'Ukraine avaient,en leur temps,été vertement critiquées,on ne peut donc jouer sur les deux tableaux. Ce que nous demandons c 'est un monitoring du commerce,mis en place par les douanes à l 'échelle européenne,capable de dresser rapidement un état du marché.
Plus important,il faudrait examiner les politiques fiscales de certains pays concernant les ferrailles qui perturbent les termes du marché.Il n 'y a pas eu de pénurie et l 'industrie a su répondre à la demande.

PROPOS RECUEILLIS PAR DANIEL KRAJKA D. R.

0 Commentaire

Doit-on réglementer les exportations ?

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS