Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

Doing Business Maroc 2016 : le Maroc ne parvient pas à décoller

,

Publié le

La Banque mondiale vient de publier la version 2016 du très attendu rapport Doing Business 2016. Le Maroc figure au 75è rang sur 189. Un gain de 5 places ou un recul de 4 places selon la base de départ choisie pour l'an dernier. Si son rang reste supérieur à celui de la Chine ou l'Arabie saoudite et nettement supérieur à la moyenne régionale, le royaume ne parvient vraiment à progresser significativement depuis plusieurs années.

Doing Business Maroc 2016 : le Maroc ne parvient pas à décoller
Le chef du gouvernement du Maroc Abdelilah Benkiraine a souvent affirmé qu'il suivait de près les résultats du Doing Business
© wto.org

Mieux ou moins bien? Comme l'an dernier la publication du rapport Doing Business ou "Indice de la facilité de faire des affaires" établi par la Banque mondiale sur 189 économies laisse, concernant le Maroc, libre court à l'interprétation.

Dans l'étude 2016 (portant sur 2015) publiée ce 27 octobre le Maroc fait un petit saut de 5 places et pointe au 75ème rang, selon le rapport. Mais il recule aussi en fait de 4 places car l'an dernier, le Doing business donnait le Maroc, 71ème. Explication: entre temps, les experts chargés du rapport ont introduit de nouveaux critères et réajusté leurs calculs.

Au delà de cette question d'interprétation, un fait s'impose, c'est comme si le Maroc en dépit des efforts des pouvoirs publics, ne parvenait pas à changer de catégorie. Le royaume est ancré dans la première moitié du classement, mais il reste au pied du premier tiers, c'est à dire bien en deçà du 65ème rang qu'il avait approché pour l'édition 2014 (publiée fin 2013) avec une 68ème place.

Lors du rapport 2012 (publié à l'automne 2011), l'économie marocaine avait alors fait un bond de 21 places. Une progression alors sans appel. Depuis trois ans, il n'y a plus de progrès de cette ampleur en dépit de réunions régulières entre le gouvernement et le patronat au sein de la "Commission nationale en vue de l'amélioration du climat des affaires" souvent présidée par le chef du Gouvernement lui-même. Bref, il y a encore du travail. D'autant que les évaluations du rapport sont relatives...et pour progresser, il faut le faire plus vite que les autres pays.

Les quatre gros points noirs du Maroc pointés par l'étude 2016, comme les précédentes, sont (voir tableau ci-dessous) le règlement de l'insolvabilité, les conditions d'obtention des prêts bancaires, la protection des actionnaires minoritaires et les formalités pour le commerce transfrontalier.

"Dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord, indique la Banque mondiale, la mise en place de réformes a légèrement repris avec 21 réformes mises en œuvre  dans 11 des 20 économies de la région. Les économies qui ont entrepris plus d'une réforme incluent les Émirats arabes unis (EAU), le Maroc, la Tunisie et l'Algérie".

A l'inverse les auteurs et l'étude détaillée sur le Maroc (voir document complet à la fin de cet article) pointent un net progrès (+27 places) pour l'item "enregistrement d'une propriété" en raison d'une meilleure liaison entre les différentes autorités fiscales. Autre progrès celui dans la création d'entreprise, sujet qui avec un 43ème rang fait même mieux que la France ou l'Espagne.

Consolation plus que symbolique de la faible progression globale du Maroc, hormis la Tunisie qui gagne une place et le devance tout juste au rang 74, les autres pays d'Afrique du nord restent nettement derrière le Maroc que ce soit l'Egypte (131è), l'Algérie (163è) ou la Mauritanie (168è). Dans le monde arabe, les Emirats-Arabes-Unis arrivent à la première place, soit le 31ème rang mondial.

Et globalement sur l'ensemble de la région Afrique du nord Moyen-orient (MENA), le Maroc est bien au dessus de la moyenne qui s'établit à la 114è place.

Sur l'ensemble de l'Afrique, le Maroc est classé sixième derrière Maurice, le Rwanda, l'Afrique du sud, le Botswana et donc la Tunisie

A noter selon la Banque mondiale que l’Afrique subsaharienne a battu le record des réformes avec un total de 60 réformes sur cette édition, soit 30% du total mondial.

Globalement, l'institution "constate que 85 économies en développement ont mis en œuvre 169 réformes facilitant l’environnement des affaires au cours de l’année passée, contre 154 réformes l'année précédente. Les économies à haut revenu ont effectué plus de 62 réformes, portant le total pour l'année écoulée à 231 réformes dans 122 économies à travers le monde".

La France quant à elle stagne à la 27ème place du classement et l'Espagne passe de la 34ème à la 33ème. Et le premier de tous? Tous critères confondus, il s'agit, comme l'an dernier, de Singapour.

P.-O. R.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Doing Business : l'étude complète 2016 sur le Maroc (en anglais)

^l,

 

^l,

 

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle