Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

Grâce à DLF et son gazon, la France gagne la Coupe du monde 2018 sur tapis vert

Cédric Soares , , , ,

Publié le , mis à jour le 14/06/2018 À 15H15

Le leader mondial danois du gazon, DLF, a remporté pour la troisième fois la fourniture des gazons du mondial du football. Les variétés retenues pour la coupe du monde en Russie ont été développées dans son centre R&D basé à Les Alleuds (Maine-et-Loire).

Grâce à DLF et son gazon, la France gagne la Coupe du monde 2018 sur tapis vert
Le gazon du groupe DLF, conçu dans le centre R&D basé à Les Alleux (Maine-et-Loire) équipe huit des douze stades russes de la coupe du monde 2018.
© DLF

Le gazon conçu en France s’est d’ores et déjà installé dans les stades russe… et ce sans passer par une phase de qualifications. Le groupe danois DLF, dont la filiale française et le centre R&D sont basés à Les Alleuds (Maine-et-Loire), fournit huit des douze enceintes qui accueilleront les matches ainsi que l’ensemble des camps de base. “La Fifa a la volonté d’offrir les mêmes conditions en entraînement que pendant les matchs”, explique Jean-Marc Lecourt, directeur adjoint de DLF France.

La sélection s’est faite sans appel d’offres. Et pour cause, DLF, groupe centenaire, occupe la position de leader mondial du gazon avec une production de 80 000 tonnes par an. La société emploie 845 personnes (dont 25 en France) et réalisé un chiffre d’affaires de 550 millions d’euros en 2017. L’entreprise a déjà été retenue pour les deux précédentes coupes du monde en Afrique du Sud (2010) et au Brésil (2014). Elle équipe de nombreux stades en Europe dont le stade de France à Paris et le stade Vélodrome à Marseille.

Une délégation russe composée d’experts (jardiniers, agronomes et conseiller techniques) et des maîtres d’œuvres des stades de la compétition est venue visiter le centre de R&D aux Alleuds fin octobre 2017. Plusieurs variétés de semences ray-grass anglais tétraploïdes 4turf ont été retenues pour le regarnissage des stades. Leur particularité, pouvoir germer rapidement sur des sols froids dès -3°C. Idéal de pour les conditions climatiques russes. “Dans notre domaine, le savoir-faire technique prime. Pour créer une variété de gazon, il faut quinze ans”, détaille Jean-Marc Lecourt. 

Une démonstration de savoir-faire

Pour DLF le marché représente “en valeur 2 000 euros par stade, concède Jean-Marc-Lecourt. L’enjeu se situe dans le prestige et la démonstration de savoir-faire. La Coupe du monde permet de démontrer la capacité de DLF de créer des variétés de gazons adaptées aux conditions de jeu”.

Les retours restent toutefois difficiles à mesurer. “Nous évoluons dans un marché très important au printemps. La période se caractérise par de grands aléas climatiques qui ont des répercussions aussi fortes que notre communication” commente Jean-Marc Lecourt.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle