Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Dix ans après, le Grenelle de l'environnement reste un modèle

Aurélie Barbaux ,

Publié le

Alors que les Etats généraux de l’alimentation font douter les parties prenantes, le Grenelle de l'environnement sert toujours de modèle pour réconcilier des points de vue a priori irréconciliables, estime Pierre-Alexandre Teulié, le directeur général de Nestlé France.

Dix ans après, le Grenelle de l'environnement reste un modèle

C’est une promesse de campagne du candidat Nicolas Sarkozy qu’il a tenue et qui continue de faire date. De septembre à décembre 2007, le Grenelle de l'environnement a rassemblé des acteurs de tous bords pour dessiner un chemin à long terme en matière d'environnement et de développement durable pour la France. Il a notamment promu la biodiversité, défini des ambitions en matière de diminution des émissions de gaz à effet de serre et d'efficience énergétique, et poussé la taxe carbone. Il a abouti au vote quasi-unanime du parlement de la loi dite "Grenelle I". Même si tous les engagements n’ont pas été tenus, comme la Taxe carbone et certains sujets qui fâchent, à commencer par le nucléaire, avaient été écartés, le Grenelle Environnement reste, pour beaucoup, un modèle de conciliation.

"C’est la méthode que l’on retrouve dans les Etats généraux de l’alimentation"

"Au-delà de toutes les mesures issues du Grenelle de l’environnement, ce qui m’a marqué avant tout c’est une méthode de travail, observe Pierre-Alexandre Teulié, directeur général Nestlé France. Durant des mois, à une échelle inédite jusqu’alors, il a mis autour d’une même table des intérêts irréconciliables a priori. C’est la méthode que l’on retrouve dans les Etats généraux de l’alimentation. Là aussi, sur plusieurs mois, on réunit autour de la table des gens dont on pense que même s’ils peuvent avoir des préoccupations communes, les manières d’arriver [à des solutions] ne seront pas évidentes à trouver. Et pourtant, si, il y a vraiment des solutions qui émergent."

"C’est encore très lent"

Pour d’autres le Grenelle de l’environnement, dix ans plus tard, c’est aussi beaucoup de frustration. "C’est tout de même très lent, même s’il y a plein d’explications très rationnelles pour expliquer cette lenteur, observe Jean-Pierre Moneger, directeur général d’Engie Cofely. Alors chez Engie on cherche à accélérer la transition énergétique." Selon lui, pour accélérer, il faut avant tout remettre au goût du jour "l'Ademe et la puissance publique [qui] nous aident à mener ce travail. Mais il y a des lourdeurs. Surtout il y a le prix de l’énergie, qui en ce moment est bas. Et tant qu’il sera bas, il y aura peu d’argent à investir pour faire des économies d’énergie."

"Inscrire l’idée que le durable est compatible avec l’économie"

Mais, même lent, le mouvement lancé par le Grenelle de l’environnement est arrivé à ses fins, analyse Pierre-Alexandre Teulié. "Au-delà d’inscrire les préoccupations environnementales dans les mentalités, il y avait une ambition au Grenelle de l’environnement de faire passer l’idée que le durable est compatible avec l’économique et qu’il peut s’inscrire dans une logique de croissance. C’est la première fois que cela a été aussi bien exprimé qu’au moment du Grenelle. Et aujourd’hui, dix ans après, on se rend compte que les mots comme économie verte, électricité verte, ne sont pas des concepts mais des réalités. Lorsque l’on parle de transition écologique cela peut paraître conceptuel. Lorsque l’on voit ses réalisations, on peut se dire que quelque part c’est aussi un héritage du Grenelle."  Et le directeur général de Nestlé France en est la preuve. Ce 24 octobre, il inaugurait au siège de Nestlé France à Noisiel (Seine-et-Marne), une centrale hydroélectrique accolée au moulin Saulnier, l’ancienne usine hydraulique de la chocolaterie Menier. Elle produira l’équivalent de 25% de la consommation électrique du site.

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle