Divorcer de Renault, mission impossible pour Nissan

La direction de Nissan a menacé de dénoncer l’accord RAMA, qui scelle son alliance avec Renault. Mais divorcer d'avec le constructeur français s’annoncerait très compliqué pour Nissan, piégé dans l’Alliance.

 

Partager

Divorcer de Renault, mission impossible pour Nissan


Crédits : Renault-Nissan


Depuis l’assemblée générale des actionnaires de Renault le 30 avril, la colère monte chez Nissan. A tel point que le numéro 2 du constructeur japonais et représentant de Nissan chez Renault, Hiroto Saikawa, menace depuis début septembre de dénoncer l’accord RAMA.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Ce document juridique scelle depuis 2002 le destin de Nissan à celui de Renault, à l’avantage de ce dernier. Nissan voudrait renverser l’accord à son profit, en débloquant des droits de vote au capital de Renault, en baissant la participation de Renault dans son capital et en mettant à égalité le pouvoir de décision dans l’Alliance.

Mais derrière les discours véhéments, Nissan semble plus que jamais lié au sort du constructeur au losange.

Renault, premier actionnaire de Nissan

Le premier obstacle à la dénonciation de l’accord tient à l’actionnariat de Nissan. Son actionnaire de référence n’est autre que Renault, qui détient 43,4% du constructeur japonais. Cette prédominance du Français a justement été scellée par l’accord RAMA, après le rachat de Nissan, en quasi-faillite, par Renault en 1999.

De fait, l’accord favorise clairement Renault. "Je ne vois donc pas comment Nissan peut dénoncer l’accord RAMA, souligne Bernard Jullien, directeur du Gerpisa et conseiller scientifique de la Chaire de Management des Réseaux du Groupe Essca. De plus, la composition de l’actionnariat de Nissan ne place personne en face de Renault, les autres actionnaires ne détiennent que 1 ou 2% du capital du Japonais".

Une dénonciation impliquerait au moins une dilution de la participation de Renault, ou la coalition des autres actionnaires pour dépasser les 50%. Cela semble peu probable.

Quatre milliards de synergie

"Tout partenariat peut se défaire, il suffit d’être prêt à en payer le prix", assène pourtant un salarié de Renault. Certes, mais il n'est pas sûr que le Japonais en ait totalement les moyens. "Les contraintes financières seraient énormes pour Nissan, prévient Franck Daoût, délégué syndical central CFDT chez Renault. On risque une situation d’OPA, or Nissan n’a pas assez d’argent pour absorber Renault. Les conséquences financières seraient également désastreuses pour l’Alliance".

Renault et Nissan réalisent aujourd’hui quatre milliards d’euros de synergies. Une dénonciation agressive pourrait fortement déstabiliser le travail commun de deux partenaires.

Depuis 18 mois, et la création des directions communes, un vrai travail de développement commun à grande échelle a été mis en place au sein de l’Alliance. Sur le terrain, les équipes de Renault et Nissan ont certes beaucoup de mal à travailler ensemble, mais renoncer maintenant conduirait à réduire tous ces efforts à néant ou presque.

Carlos Ghosn en conflit d’intérêts

Même si beaucoup d’observateurs le soupçonnent de téléguider la colère et les propositions d’Hiroto Saikawa, Carlos Ghosn aurait beaucoup à perdre dans une remise en cause profonde de l’accord RAMA. PDG de Renault, de Nissan et Chairman de l’Alliance, il serait en conflit d’intérêt ouvert chez Renault.

Les demandes de Nissan ne peuvent en effet se faire sans son accord, or elles contreviennent à l’intérêt de Renault. Le conflit avec l’Etat n’en serait que plus exacerbé, la volonté de Carlos Ghosn de rester à la tête de Renault jusqu’en 2022 serait vraiment mis à mal. Personne n’ose croire que Carlos Ghosn souhaite rester dans l’histoire comme le fossoyeur de l’Alliance entre Renault et Nissan.

Pauline Ducamp

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Formation

Manager de l'environnement de travail

Paris - 16 mars 2021

Services Généraux

Maîtriser les aspects de sécurité au travail de votre fonction

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

Live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

Live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 5 février pour concourir aux trophées des usines 2021

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE
ARTICLES LES PLUS LUS