Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Divonne-les-Bains se jette à son tour à l’eau… minérale

, ,

Publié le

Une usine d’embouteillage va être construite dans la station de Divonne-les-Bains l’Ain. Vingt millions d'euros seront investis dans cette unité qui emploiera une vingtaine de personnes à terme.

Divonne-les-Bains se jette à son tour à l’eau… minérale © Wikimedia

L’eau de Divonne-les-Bains sera bientôt mise en bouteille. La station thermale de l’Ain a trouvé un accord avec Patrick Sabaté, Pdg de la société perpignanaise Andrénius, et son associé suédois Jean-Niklas Palm-Jensen, importateur de vins et spiritueux, pour construire une usine de 8 000 à 9 000 mètres carrés sur un terrain de 13 hectares.

20 millions d’euros vont être investis dans cette unité qui comprendra une chaine d’embouteillage en PET (90 % de la production) et une seconde ligne de bouteilles en verre pour l’hôtellerie et la restauration. L’usine devrait être opérationnelle fin 2017 et employer une vingtaine de personnes lorsqu’elle aura atteint son pic de production dans trois ans.

Contrat de 30 ans

Connue des Romains, la source de Divonne-les-Bains possède un volume de captage important de 80 mètres cubes par heure, moins élevé toutefois que celui d’Evian (300 m3 /h). Cette eau faiblement minéralisée et non salée est l’une des dernières à ne pas être exploitée.

Un contrat de 30 ans, renouvelable deux fois, a été signé entre Divonne-les-Bains et la société Andrénius. La ville reste propriétaire du forage et de la marque Divonne. L’exploitant de la source communale versera une redevance à la collectivité, dont le montant n’a pas été communiqué.

L’eau de Divonne sera commercialisée par Andrénius principalement en grande distribution. Elle a vocation à être exportée, pas seulement en Suisse, pays frontalier de la station de l’Ain. Les bouteilles seront expédiées par la route au départ, puis plus tard par chemin de fer, lorsque la voie ferrée entre Bellegarde et Divonne aura été réhabilitée dans le cadre du contrat de plan signé entre l’Etat et la région Auvergne Rhône-Alpes, dont le maire de Divonne, Etienne Blanc, est le premier vice-président.

Vincent Charbonnier

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle