Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Disparition de Marc Blondel, leader syndical emblématique de Force Ouvrière

,

Publié le

Marc Blondel, secrétaire général de Force Ouvrière (FO) de 1989 à 2004, est décédé dimanche 16 mars à l'âge de 75 ans. L'Elysée a salué la mémoire "d'un grand acteur du syndicalisme français". L'actuel numéro un de FO, Jean-Claude Mailly, a de son côté rendu hommage à "un tribun hors pair" qui "pouvait faire de la provocation" mais "l'assumait pleinement".

Disparition de Marc Blondel, leader syndical emblématique de Force Ouvrière © FO

L'ancien secrétaire général de Force Ouvrière (FO), Marc Blondel, est mort ce dimanche 16 mars à l'âge de 75 ans. Marc Blondel adhère à FO en 1958. Il devient dès 1960 secrétaire du syndicat des organismes sociaux de la région parisienne, puis permanent de l'union syndicale des employés de la région parisienne. En 1974, il accède au poste de secrétaire général de la fédération des employés et cadres avant de faire, six ans plus tard, son entrée au bureau confédéral.

Quatre mandats de 1989 à 2004

C'est en 1989, à l'issue d'un congrès houleux, que Marc Blondel devient numéro un de FO, succédant ainsi à André Bergeron, qui avait piloté le syndicat pendant 26 ans. Marc Blondel sera réélu haut la main en 1992, en 1996, et pour un dernier mandat en 2000. Quatre ans plus tard, Jean-Claude Mailly, considéré comme l'héritier de la ligne Blondel, lui succède.

Marc Blondel a été l'un des leaders syndicaux à s'opposer le plus vigoureusement au plan Juppé de réforme de la Sécurité sociale. Il s'est ensuite vivement opposé en 2003 aux lois Aubry sur les 35 heures qui, selon lui, ne seraient devenues un "acquis social" que si elles avaient été accompagnées de hausses de salaires.

"Un tribun hors pair"

En réaction à son décès, l'Elysée a salué la mémoire de l'ancien dirigeant de Force ouvrière. "Avec Marc Blondel, disparaît un des grands acteurs du syndicalisme français", déclare la présidence dans un communiqué. "Il laissera le souvenir d'un partenaire résolu, exigeant, parfois intransigeant, mais toujours au service de l'intérêt des salariés", poursuit l'Elysée, rappelant que "depuis 10 ans, Marc Blondel se consacrait, à la tête de Libre Pensée, à l'autre grand combat de sa vie, celui en faveur de la laïcité".

Son "fils spirituel", Jean-Claude Mailly, a de son côté rendu hommage à son prédécesseur qui "pouvait faire de la provocation" mais "l'assumait pleinement". ll a souligné la "très forte détermination" de Marc Blondel, "un tribun hors pair qui a su donner à Force ouvrière et aux militants de la fierté de porter les couleurs de leur organisation".

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle