Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Diminuer le temps de parcours des trains sans trop investir ? C'est possible

Olivier Cognasse ,

Publié le

A la demande de la Fédération nationale des associations d’usagers des transports (Fnaut), l’économiste Gérard Mathieu a étudié des solutions pour réduire le temps de parcours des trains avec des solutions gratuites et d'autres nécessitant des investissements.

Diminuer le temps de parcours des trains sans trop investir ? C'est possible
Un train Corail en Gare de l'Est - Juillet 2017
© TGr_79 CC Flickr

Pas de ligne de train roulant à 220 km/h ou de nouvelles LGV pour réduire le temps des trajets en train. L’économiste Gérard Mathieu a produit pour la Fédération nationale des associations d’usagers des transports (Fnaut) une nouvelle étude intitulée "Comment réduire les temps de parcours des trains ? " Il avait produit il y a un an une étude qui proposait de généraliser les vitesses à 200/220 km/h à tracé constant. Or les possibilités sont trop rares et trop coûteuses pour être prises en compte. 

Cette nouvelle étude propose des relèvements de vitesse moins ambitieux – jusqu’à 140 ou 160 km/h - et par conséquent bien moins onéreux. Ils pourraient s’appliquer à plus de 2 000 kilomètres de lignes classiques prioritaires. Il faut commencer par les moderniser pour supprimer les ralentissements, augmenter légèrement la vitesse commerciale, réduire la détente horaire de quatre minutes et demi à trois minutes, c’est-à-dire les marges de régularité qui sont appliquées pour tolérer quelques retards.

Un élément qui fait partie de l’optimisation de l’exploitation au même titre qu’une réduction des arrêts en gare et la durée excessive des manœuvres en cas de couplage/découplage et de rebroussement (quand un train repart en sens inverse dans une gare en cul de sac). Ils sont de plus de 10 minutes à Marseille. Et le tout complété par des aides à la conduite (avec des automatisations partielles) qui permettraient au conducteur de coller au plus près à la vitesse maximale autorisée.

"Un recueil d'idées à l'attention de la SNCF"

Et ce n’est pas tout. Gérard Mathieu propose d’alterner l’offre avec des trains omnibus et des semi-directs, en considérant que le temps de parcours est allongé de trois à huit minutes avec un arrêt. Il faut optimiser les correspondances avec des horaires mieux adaptés, renforcer la fréquence des dessertes. Ce fameux cadencement oublié en route… et bien entendu faciliter l’intermodalité.

Des mesures de bon sens ! Comme la modernisation du matériel roulant avec des trains qui accélèrent et décélèrent plus rapidement grâce à une puissance massique plus élevée, une motorisation répartie et des distances de freinage plus courtes ; une vitesse plus rapide dans les courbes,… Mais ces mesures demandent aussi d’adapter les infrastructures en renforçant l’alimentation électrique, en supprimant les rebroussements, en accélérant la modernisation des aiguillages pour permettre leur franchissement à une vitesse augmentée de 30 à 60 km/h.

Reste à chiffrer les investissements nécessaires sur les trains et les infrastructures. "C’est un recueil d’idées à l’attention de la SNCF, indique Jean Sivardière, vice-président de la FNAUT, à L’Usine Nouvelle. A eux d’évaluer les coûts. Pour la partie commerciale, les surcoûts pourraient être contrebalancés par les recettes supplémentaires, et les normes ne coûtent rien. Mais comme d’habitude, ils ne tiendront pas compte de nos remarques."

Des mesures qui pourraient pourtant réduire la vitesse des Intercités entre Paris et Clermont-Ferrand jusqu’à plus d’une demi-heure, mais aussi sur la LGV Paris-Barcelone.

 

 

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

07/12/2017 - 10h49 -

Ah, la belle affaire! La FNAUT vient de réinventer l'eau chaude ferroviaire! Tous les dirigeants de tous les réseaux et de tous les opérateurs ferroviaires du monde connaissent ces recettes. La vraie question est: pourquoi ne les les mettent-ils pas en œuvre? L'absence de volonté politique des élus (nationaux, régionaux, locaux, sans aucune exception) et donc de financements suffisants est toujours la seule réponse à cette question! Mais ils ont une excuse: s'ils s'en désintéressent, c'est parce que ça n'intéresse pas les masses. Encore et toujours..... comme dans beaucoup d'autres domaines!!!
Répondre au commentaire
Nom profil

07/12/2017 - 07h00 -

Rien de bien nouveau dans les propositions de M. Mathieu! Certaines avaient même commencé d'être appliquées avant la création de la SNCF, avec entre autres les rames légères du PLM. Et la SNCF avait elle aussi beaucoup investi pour offrir par exemple des trajets Paris-Bordeaux à 150 km/h de moyenne, ou Paris-Strasbourg à 130, il y a déjà quarante ans. Aller encore plus vite sans ligne nouvelle revient de plus en plus cher pour chaque minute gagnée. C'est en particulier le cas du "pendulaire", souvent présenté comme une formule magique, mais dont la mise en place - car il faut aménager a minima les voies qu'il emprunte - a couté très cher aux Allemands avant qu'ils n'abandonnent cette technique, qui s'est avérée peu fiable chez eux. Cessez de vilipender le TGV et ses lignes, unique moyen pour conserver au rail une part modale correcte. Les résultats de trafic après l'ouverture de la LGV Tours-Bordeaux sont sensiblement supérieurs aux prévisions!
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus