Digitaliser avant tout

Publié le

Publi-rédactionnel Pour faire face à un marché mondialisé de plus en plus complexe en constante mutation et pour rester dans la course, les entreprises doivent innover, produire et fournir plus, en optimisant leurs flux et en limitant leurs stocks afin de gagner en efficience et en agilité. Elles doivent répondre en temps réel aux diverses fluctuations qui les affectent.

Digitaliser avant tout

Sommaire du dossier

Dans ce contexte, les indus- triels ont plus que jamais besoin d’outils numériques qui puissent collecter les données et restituer les bonnes informations au bon moment et à la bonne personne. L’introduction d’algorithmes intelligents permet de réaliser du Machine Learning et ou du Deep Learning afin de simuler, de prévoir et de prendre les bonnes décisions. Intégrer ces algorithmes dans les ERP, MES, et autres applications est devenu aujourd’hui incontournable pour les éditeurs. Les solutions numériques connectées au Cloud ou à des plateformes digitales s’imposent comme de véritables accélérateurs de performance qui permettent aux entreprises de disposer des moyens d’améliorer leur capacité de veille économique, de super- viser leur ligne de production en temps réel, de réaliser de la maintenance préventive & prédictive depuis n’importe quel endroit. Avec ces nouveaux outils d’analyse, les industriels disposent d’une vision globale sur l’ensemble de leur chaîne d’approvisionnement, ce qui les aide à prendre les bonnes décisions et à adopter la bonne stratégie au bon moment.

 

Des solutions de plus en plus intuitives et rapides à mettre en place

À côté des ERP traditionnels, longs à mettre en œuvre et qui nécessitent des compétences et des structures importantes, les éditeurs et start-ups proposent de nouvelles applications aux entreprises, le plus souvent en mode Saas (Software as a Service), plus légères à implémenter et qui permettent d’obtenir des retours sur investissements (ROI) plus rapides.

« Pendant plusieurs années, il y a eu un vrai buzz autour du digital et de nombreux projets pilotes réalisés au sein des entreprises ont été portés par cette tendance sans pour autant atteindre les objectifs visés. Aujourd’hui, les chefs d’entreprises ont changé d’attitude : ils n’investissent que s’ils sont sûrs d’obtenir un ROI rapide » souligne Jérôme Julien responsable de la Business Unit industrie 4.0 du groupe Segula. Pouvoir disposer en quelques mois d’un outil qui permettra d’obtenir des gains de productivité rapidement n’est désormais plus hors de portée pour les PME et petites entreprises. Les nouvelles solutions disponibles per- mettent de démarrer à moindre coût une transformation digitale en commençant sur un îlot de production ou une tâche bien spécifique avant d’aller plus loin et de généraliser cette transformation à l’ensemble de leur chaîne de production. Ainsi, Flexio permet aux entreprises de capitaliser les informations de différentes manières en générant des tableaux de bord personnalisés qui peuvent être partagés ou affichés dans les ateliers ou en automatisant des flux d’informations via des scénarii (alertes, mails, SMS…) en proposant des solutions opé- rationnelles en quelques jours seulement. « Les utilisateurs vont pouvoir créer eux-mêmes des applications sur mesure qui répondent à leurs besoins du moment et faire évoluer la solution » explique Julien Brugger, le fondateur de Flexio. Idem du côté d’Optimistik qui propose des solutions ouvertes que les utilisateurs peuvent faire évoluer en fonction de leurs besoins. « Sur le terrain, nous configurons la plateforme main dans la main avec eux pour qu’ils puissent appréhender la configuration et fassent évoluer la solution tout seuls. Sur OIBus, on va jusqu’à fournir le code source pour que nos clients puissent participer au développement du produit » résume Mathieu Cura, son dirigeant. Ovalie Tech, quant à elle, a développé Domms® une solution pour optimiser la maintenance et les opérations de contrôle. « Domms®, c’est le « Compagnon » des équipes opérationnelles. Dédié à la main- tenance exploitation industrielle des installations, c’est un outil pragmatique, moderne, simple et convivial qui a été fait par des techniciens pour faciliter l’accès au numérique et obtenir l’adhésion des opérateurs » argumente Philippe Ergaud, le fondateur dirigeant. De son côté, le spécialiste de l’ERP, Sylob a développé une solution baptisée Starter qui permet de réussir rapidement sa transformation digitale.

« C’est une première brique pour la mise en place d’un ERP de manière itérative. Starter fonctionne en mode Saas ou Cloud. C’est l’outil idéal pour permettre à une petite entreprise qui démarre une activité de production de franchir le pas de la digitalisation ». Afin de prédire les meilleures conditions pour produire, les éditeurs proposent des solutions de plus en plus sophistiquées. La startup TEEPTRAK vient ainsi de lancer la solution ProcessTrak qui permet d’enregistrer et d’analyser, à la fréquence souhaitée, les valeurs mesurées par n’importe quel type de capteurs (pression, température, courant, etc.). « ProcessTrak est une solution clefs en main, Made in France, qui s’installe en seulement quelques heures » précise François Coulloudon, CEO de TEEPTRAK.

 

Jumeaux numériques, robots collaboratifs et réalité augmentée

Grâce à ces nouveaux outils digitaux, les entreprises pourront atteindre la maturité digitale qui leur permettra dans un deuxième temps de faire appel à d’autres technologies telles que la réalité étendue (virtuelle et augmentée), le jumeau numérique ou bien la cobotique. Spécialiste de la machine-outil, le groupe normand CERI et ses filiales Boust (usinage de précision) et Serimatec (automatisation et robotisation) développent des process de production au travers de jumeaux numériques et de l’utilisation de la réalité augmentée via hololens 2. Le groupe digitalise l’ensemble du processus afin de suivre et simuler toute la production. “Depuis 2016, nous assurons une continuité numérique. Grâce à l’utilisation des jumeaux numériques, nous modélisons la totalité de l’usine et l’ensemble des flux. Nous mettons ces modèles à disposition de tous nos clients. C’est un bussiness modèle lean qui apporte du service. On délivre le bon niveau de service humainement et par métier. Le jumeau numérique crée de la valeur en créant de nouveaux services. Il permet une nouvelle gestion des AGV, un gain d’information et une amélioration en efficience des machines ainsi qu’une expertise des salariés. La combinaison entre l’homme et la machine apporte une plus grande valeur. L’homme est ainsi au centre de la digitalisation.” avance Julien Auger le directeur automatisation et projets digitaux du groupe. Par ailleurs, CERI est à la tête du pro- gramme européen de robot collaboratif Corot dont l’objectif est de robotiser une usine de production de pièces mécaniques. Corot aura la capacité de s’approvisionner en pièces et de se diriger vers le poste d’usinage.

La maturité digitale est également une condition à réunir l’utilisation des lunettes connectées. La société girondine Immersion, spécialisée dans la réalité virtuelle, la réalité augmentée et les solutions collaboratives pour le monde de l’industrie et de la recherche vient dans ce cadre de conclure de nouveaux marchés avec Renault Trucks pour déployer une application de réalité mixte (augmentée et virtuelle) sur plusieurs de ses sites.

« La réalité augmentée offre de belles opportunités. C’est l’occasion de remettre l’homme au cœur de la problématique de l’usine de demain. Nous avons développé un process très orienté autour des sciences cognitives. Avant de proposer une solution, nous allons rencontrer les équipes, les opérateurs sur le terrain, nous échangeons et après, nous développons des outils sur-mesure » indique Christophe Chartier, son président. La société avait déjà installé un premier pilote au sein de l’usine lyonnaise du constructeur pour réaliser du contrôle qua- lité de moteurs. Quasiment tous les moteurs fabriqués par Renault Trucks sont différents. Pour chacun d’eux les points de contrôle changent. Notre solution permet aux opérateurs de pouvoir en direct réaliser leur opération de contrôle sans aller chercher dans les revues techniques et gagnent du coup énormément de temps. Dans le cas où ils rencontrent un problème, ils peuvent faire appel à un expert à distance qui peut alors prendre la main. D’autres contrats ont également été conclus récemment, dont un avec un acteur de la sidérurgie.

 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte