L'Usine Auto

[Dieselgate] Audi suspend son patron Rupert Stadler après sa mise en détention provisoire

Cédric Soares , , , ,

Publié le , mis à jour le 20/06/2018 À 07H38

Rupert Stadler, président du directoire d'Audi, a été suspendu, a-t-on appris le 19 juin. La veille, le parquet de Munich annoncait son arrestation dans le cadre de l’enquête sur le dieselgate. La marque haut de gamme du groupe Volkswagen, éclaboussée dès novembre 2015, a déjà fait l’objet de plusieurs perquisitions dans ses usines, son siège et chez des employés actuels et anciens.

[Dieselgate] Audi suspend son patron Rupert Stadler après sa mise en détention provisoire
Le parquet de Munich (Allemagne) a annoncé, lundi 18 juin, que Rupert Stadler, président du directoire d'Audi a été arrêté et placé en détention provisoire dans le cadre de l'enquête sur le dieselgate
© Wikimedia - The Car Spy - c.c

Le conseil de surveillance d'Audi a suspendu le président du directoire Rupert Stadler, a-t-on appris le mardi 19 juin d'une source proche de la situation. Bram Schot, autre cadre dirigeant de la marque la plus rentable du groupe Volkswagen, a été désigné président du directoire par intérim. Cette suspension fait suite à l'arrestation de Rupert Stadler dans le cadre des investigations sur le "dieselgate".

Le président du directoire d’Audi, a été arrêté à son domicile d’Ingolstadt en Bavière (Allemagne), le lundi 18 juin. Le parquet de Munich, à l’origine de la demande, explique dans un communiqué que l’arrestation a été réalisée “dans le cadre d’une enquête sur le dossier diesel et les moteur Audi”. L’instance a estimé que celle-ci était justifiée pour cause de “risque de dissimulation de preuves”. Le dirigeant, qui bénéficie de présomption d’innocence, a été placé en détention provisoire.

À la tête d’Audi, Rupert Stadler a été critiqué pour sa gestion du scandale du dieselgate. Cela ne l’a pas empêché, en mai 2017, de voir son mandat reconduit pour cinq ans.

Pour le constructeur allemand, il s’agit de la première arrestation d’un dirigeant relative à l’affaire des tests d’émissions polluantes faussés. Deux employés de la marque haut de gamme du groupe Volkswagen - dont Giovanni Pamio, ancien ingénieur spécialiste du diesel - ont toutefois déjà été arrêtés en juillet et septembre 2017.

Le parquet de Munich a également, à plusieurs reprises, ordonné des perquisitions sur les sites de production d’Audi et son siège de Wolfsburg en Allemagne ainsi que chez plusieurs de ses employés actuels et passés.

Audio éclaboussé dès novembre 2015

Le scandale du dieselgate a éclaté en septembre 2015 lorsque Volkswagen a reconnu avoir truqué les tests d’émissions polluantes de ses moteurs diesel aux États-Unis. Martin Winterkorn, alors PDG du groupe Volkswagen, est rapidement poussé à la démission. L’affaire éclabousse Audi deux mois plus tard, lorsque l’agence de protection de l’environnement américaine (EPA) a révélé étendre son enquête aux moteurs qui équipent les marques haut de gamme du groupe Volkswagen.

Rupert Stadler a annoncé en mars 2016 que 228 millions d’euros ont été provisionnés sur l’exercice 2015 pour gérer les répercussions de l’affaire. Sur cette somme, 81 millions ont été destinés à la remise à niveau des 100 000 véhicules rappelés. En juillet 2017, Audi a annoncé porter ce nombre à 850 000 voitures.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte