DHL va vendre  la "French Touch" dans 220 pays

Le transporteur express met à disposition ses emballages pour communiquer sur la marque France, en partenariat avec Ubifrance (l’agence française de soutien à l’export). Une opération test d’un mois qui débutera en septembre et pourrait être décliné sous d’autres formes par la suite.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

DHL va vendre  la

30 000 enveloppes, colis ou paquets sont envoyés chaque jour par DHL France dans le monde entier. A l’intérieur : des produits, des pièces de rechanges, des documents des exportateurs français. Pourquoi ne pas profiter de ces flux pour vendre la marque France s’est dit un jour Michel Akavi, le directeur général de DHL Express France : "Nous discutions avec Ubifrance de nos offres aux exportateurs français et nous avons proposé de réaliser une opération pour soutenir leur image. Au lieu d’avoir des emballages neutres, nous allons les utiliser pour en faire un véritable media."

"Une démarche citoyenne"

Aussitôt dit, aussitôt fait. L’agence de publicité d’Ubifrance conçoit deux visuels titrés "Buy the french touch" qui seront stickés sur les paquets dans les centre de tris. Le premier visuel est générique, le deuxième vend un des outils d’Ubifrance : le site web qui répertorie 6 000 exportateurs nationaux (le French exporters directory). DHL Express va tester l’opération pendant un mois, en septembre 2013, en marquant 300 000 paquets. L’entreprise de transport a prévu une enquête téléphonique pour tester l’accueil et la visibilité de cette communication.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

De son côté Ubifrance est très intéressé par l’évaluation de l’impact sur la fréquentation du site de l’annuaire des exportateurs français, qui tournent autour de 40 000 visites par mois actuellement. L’opération est entièrement prise en charge financièrement par DHL avec la caution morale de Ubifrance. "Ce sont surtout des frais d’impression des stickers et des enveloppes un peu de manutention dans les centres de tris", explique Michel Akavi qui présente l’initiative comme "une démarche citoyenne". Il imagine déjà de futures campagnes thématiques portants sur les différents secteurs d’excellence de la France. "Notre intérêt est avant tout de développer l’activité des exportateurs français, c’est une logique de long terme."

Anne-Sophie Bellaiche

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS