Devoir de vigilance pour les entreprises, tarifs de l'électricité, sociétés d'autoroute, Free : la revue de presse de l'industrie

C'est le projet de loi qui fait peur aux chefs d'entreprises : l'instauration d'un devoir de vigilance d'un donneur d'ordre vis-à-vis de ses sous-traitants et filiales. Le projet est examiné ce 11 mars à l'Assemblée et fait la une des Echos.

Partager

"Devoir de vigilance" : le projet qui affole les entreprises

Les Echos met en une le projet de loi socialiste débattu ce mercredi en commission des lois à l'Assemblée. Il introduit un "devoir de vigilance" des sociétés mères vis-à-vis de leurs filiales et de leurs sous-traitants", explique le quotidien économique. "Ce texte défendu par le groupe socialiste impose aux sociétés de plus de 5 000 salariés d'élaborer une cartographie des risques relatifs au non-respect des droits fondamentaux par leurs sous-traitants à l'étranger, sous peine d'une amende pouvant aller jusqu'à 10 millions d'euros en cas d'incident. Droits de l'homme, droits environnementaux, liberté syndicale ou encore risques de corruption sont concernés. Pour le patronat, il s'agit d'une mesure beaucoup trop large et floue juridiquement qui va pénaliser leur compétitivité : aucun autre pays n'a un dispositif comparable".

Un rapport parlementaire se penche sur la gestion d'EDF

Une commission d'enquête parlementaire s'est penché sur les tarifs de l'électricité en France. Il conclut que l'Etat devrait être moins interventioniste et cesser de considérer EDF "comme une vache à lait ou un pompier", sur fond de "crise profonde du secteur de l'électricité en France". La commission " estime que la baisse des coûts d'exploitation est la seule solution possible pour rétablir la trajectoire financière de l'électricien", écrit La Tribune.

Clotilde Valter, députée PS rapporteur de la commission, suggère également de revenir à "une détention intégralepar l'État" pour les activités d'EDF "qui revêtent un intérêt essentiel pour la nation" (nucléaire, hydroélectricité, réseaux de transport et de distribution), afin de ne "pas être bridé par l'obligation de respecter les intérêts des actionnaires minoritaires".

… un autre sur les sociétés d'autoroute

Un groupe de travail composé de parlementaires et de représentants de l'administration a enquêté sur les tarifs autoroutiers. Il préconise "de lever le gel actuel des tarifs, décidé en janvier dernier. Elle propose aussi d'instaurer des tarifs préférentiels pour les voitures propres et le covoiturage", indique Europe 1. "Les profits des sociétés d'autoroutes vont être encadrés. Et il y aura plus de transparence sur les coûts des travaux et une meilleure régulation des sociétés d'autoroutes". Le gouvernement dira s'il suit ces préconisations… après les départementales.

En tout cas le scénario d'une renégociation des contrats des sociétés d'autoroutes s'éloigne.

Free fait ami-ami avec Google

Xavier Niel a annoncé le 10 mars le lancement d'une nouvelle box internet sous Android, le système d'exploitation de Google. Pourtant, les relations du groupe Iliad et de Google ont été orageuses… jusqu'à très récemment. "Au colloque de l'Arcep, le 10 octobre dernier, le directeur général d'Iliad, Maxime Lombardini attaquait Bouygues, qui propose également Android TV sur sa Bbox Miami, soulignant que Free, lui, ne «donnait pas» les clés de sa box à Google", rappelle 20 minutes.

Auparavant, il y avait eu d'autres déclarations incendiaires, un conflit sur le peering, avec pour conséquence le ralentissement volontaire du débit de Youtube, rappelle le journal gratuit. C'est donc du passé. "On aime bien vous prendre un peu à contre-pied. On a fait le choix du système le plus utilisé dans le monde, de la boutique Google Play Store, des apps et de tout l'écosystème Android», s'est justifié le patron.

Sylvain Arnulf

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS