Deville à Charleville-Mézières passe dans le giron d'Invicta

Deville, entreprise spécialisée dans la fabrication de poêles à bois et implantée à Charleville-Mézières (Ardennes), a été absorbée par son voisin Invicta. Le feu vert a été donné par le tribunal de commerce de Sedan (Ardennes), le 16 juin 2016. Confrontée à un marché en crise et à une baisse de ses ventes d'appareils, Deville va quitter des locaux qu'il occupait depuis 170 ans pour être délocalisé à une vingtaine de kilomètres.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Deville à Charleville-Mézières passe dans le giron d'Invicta

Appelé à statuer sur le sort de Deville Industrie, mis en redressement judiciaire pour la deuxième fois en trois ans le 7 avril 2016, le tribunal de commerce de Sedan (Ardennes) a autorisé la société Invicta, implantée à Donchery, à reprendre l'entreprise de Charleville-Mézières (Ardennes).

Cette décision n'a surpris personne puisque Invicta, un des leaders du chauffage à bois, était le seul candidat encore en lice depuis le double abandon de deux autres porteurs de projet.

Jean Moreau et Frédéric Thomé, respectivement directeur général et industriel de Deville, mais aussi la société d'investissement industriel avignonnaise Azimuth s’étaient en effet retirés après avoir vainement tenté de faire baisser la valeur du loyer annuel (300 000 euros) versé au département, propriétaire des 21 000 mètres carrés de bâtiments.

41 suppressions d'emploi

Resté seul en course, Invicta a raflé la mise en faisant tomber son voisin dans son giron. Cette reprise sera synonyme de 41 suppressions d’emplois sur un total de 79 postes. La majeure partie des 38 rescapés (17 ouvriers polyvalents plus des soudeurs, peintres, caristes et une employée de bureau) ainsi qu'une partie de l'outil de production seront rapatriés à Vivier-au-Court là où est implantée D2I (fonderie et assemblage) ou à Donchery où existent la plateforme logistique, l'émaillerie et le siège administratif d'Invicta. Le repreneur ayant décidé d'abandonner le site de production historique, basé au chef-lieu des Ardennes depuis 1846.

La ville de Charleville-Mézières héritera donc d'une nouvelle friche industrielle à dépolluer.

Invicta devrait garder 80 % de la production assurée jusqu'alors par Deville qui, depuis 2014 et son rachat par le groupe grenoblois Phoenix sera passé de 112 à 38 salariés en voyant son chiffre d'affaires diminué (de 18,5 millions d'euros en 2012 à 11,5 millions en 2015).

Pascal Remy

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    DEVILLE
ARTICLES LES PLUS LUS