Devenir un professionnel du droit des animaux ? Il y a aussi un diplôme universitaire pour çà

La première promotion du DU en droit animalier à Brive-la-Gaillarde, spécialisation unique en France, s’est achevée le 7 avril par la remise des diplômes à vingt-neuf étudiants.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Devenir un professionnel du droit des animaux ? Il y a aussi un diplôme universitaire pour çà

Les premiers diplômés en Droit Animalier ont achevé leur formation sur le campus de Brive-la-Gaillarde (Corrèze). Cette formation, sans équivalent en France, a été mise en place par l’Université de Limoges en septembre 2016, sous l’impulsion du professeur Jean-Pierre Marguenaud, en partenariat avec la Fondation 30 Millions d’Amis et la Ville de Brive. Dès son lancement, elle a rencontré un vif succès avec 83 candidatures pour seulement 25 places, l’Université a finalement retenu 29 personnes.

Ce diplômes universitaire (DU) s’adresse à des étudiants en droit, des juristes en activité, des professionnels ou futurs professionnels de la protection animale (vétérinaires, inspecteurs vétérinaires, responsables d’associations de protection animale…), qui ont une connaissance générale des règles applicables à l’animal et souhaiteraient parfaire leur maîtrise de la technique juridique dans ce domaine.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Pour les étudiants en droit, mais pas que

La formation de 54 heures répartie sur neuf journées a pour objectif de permettre aux étudiants et aux professionnels d’acquérir les connaissances de base en droit animalier et d’inciter à la réflexion dans une approche intellectuelle, tout en intégrant à la dimension philosophique, anthropologique et une approche juridique nationale, européenne et internationale. "Nous avons accueilli un public hétéroclite confirme Lucille Boisseau-Sowinski, maître de conférences en Droit privé, des avocats, magistrats, enseignants, étudiants, des personnes qui s'intéressent à la protection animale et qui voulaient avoir plus d'informations. Nous avons apprécié cette variété qui a donné lieu à des approches différentes et des débats intéressants. Dans la deuxième session qui a débuté en janvier et compte 32 inscrits, nous avons de nouveaux profils, deux vétérinaires et trois journalistes".

Des publications d'études primés

Dans le cadre du contrôle des connaissances, les étudiants ont participé au Prix Jules Michelet, créé en hommage à l’historien qui a signé plusieurs textes sur la relation homme-animal. Il a été décerné à Catherine Kamianecki pour sa proposition de réforme de l'article R 214-70-I du Code rural et de la pêche maritime visant à supprimer l'exception à l'étourdissement dans le cadre de l'abattage rituel. Elle a remporté 1 000 € et une publication dans la Revue semestrielle de droit animalier. Perrine Ferrer a remporté le second prix pour sa proposition de réforme visant à interdire des lâchers de gibier d'élevage.

"En termes de débouchés, la plupart espère avoir un poste de juriste au sein d'une association de protection animale, il existe peu d'offres et beaucoup de candidats mais le DU peut aider", assure-t-elle. Pour les professionnels comme les avocats, ils ont acquis une spécialité. Cette formation n'amène pas obligatoirement une professionnalisation mais elle intéresse le public pour les connaissances qu'elle apporte

L'appel à candidatures de la troisième session de septembre s'est achevé le 10 avril avec à nouveau 80 candidatures pour 32 places.

Les inscriptions sont ouvertes aux personnes titulaires d’une Licence 2ème année (droit, AES, philosophie, lettres, etc...) ainsi qu'aux étudiants vétérinaires. Les personnes ne disposant pas d’un niveau Bac + 2 mais justifiant d’un intérêt particulier et de connaissances de base en droit animalier lors de leur candidature, par exemples des membres d’associations de protection animale, pourront être acceptées par décision du jury. Les droits d'inscription s'élèvent à 439,10 € en formation initiale, 1049,10 € en formation permanente et 1239,10 € en formation continue.

Corinne Mérigaud

CORINNE MÉRIGAUD

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS