Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Deuxième crash en cinq mois pour le 737 MAX de Boeing

Simon Chodorge , , , ,

Publié le

Le 10 mars, un Boeing 737-800 MAX s’est écrasé en Éthiopie, provoquant la mort de 157 personnes. Cet accident aérien intervient quelques mois seulement après le crash d'un vol Lion Air. L'entreprise américaine a annoncé le report de la présentation officielle du 777x, initialement prévue le 13 mars.

Deuxième crash en cinq mois pour le 737 MAX de Boeing
Le Boeing 737-800 MAX immatriculé ET-AVJ impliqué dans le crash du 10 mars.
© LLBG Spotter — Ethiopian Airlines ET-AVJ takeoff from TLV / CC BY-SA 2.0

Dimanche 10 mars, un Boeing 737-800 MAX s’est écrasé en Éthiopie six minutes après son décollage. Opéré par la compagnie Ethiopian Airlines, le vol ET 302 a décollé à 8h38 (6h38 à Paris) d’Addis Abeba (Éthiopie) pour rejoindre Nairobi (Kenya). Très peu de temps après, il a disparu des radars. 157 passagers et membres d’équipage, dont neuf ressortissants français, ont péri dans l’accident.

Deuxième crash en cinq mois

Il s’agit du deuxième crash en cinq mois pour le 737 MAX du constructeur aéronautique américain. En octobre 2018, un Boeing 737 MAX 8 opéré par la compagnie indonésienne Lion Air s’était écrasé en mer de Java, provoquant la mort de 189 personnes.

Les similitudes entre les deux catastrophes aériennes risquent d’accentuer les inquiétudes sur l’appareil de Boeing. Comme pour le vol Lion Air, l’ET 302 s’est écrasé quelques minutes après avoir quitté l’aéroport. Avant la perte de contact avec l’avion, ses pilotes ont émis des messages pour indiquer qu’ils étaient “en difficulté”.

Après la tragédie du vol Lion Air d’octobre 2018, les capteurs d’incidence (AOA, en anglais), qui renseignent sur l’angle de vol de l’appareil, avaient été pointés du doigt. Des organisations de pilotes américains avaient également estimé que Boeing manquait de transparence sur le sujet. Ils “ont déclaré que Boeing n'avait pas fourni d'informations suffisantes indiquant que le système de prévention de décrochage automatique du nouveau 737 Max pouvait, dans certaines circonstances, essayer de forcer le nez de l'avion, même si les pilotes le pilotaient manuellement, ce qui conduirait à une plongée abrupte et rendant l’appareil difficile à contrôler", rapportait le Financial Times.

Boeing avait rappelé que le 737 MAX était un appareil sûr. En novembre 2018, selon des sources proches du dossier, l’avionneur envisageait tout de même une mise à jour au système de contrôle automatisé de l'assiette de l'avion, baptisé MCAS (Maneuvering Characteristics Augmentation System).

Les causes du crash inconnues

Les causes de l’accident du vol ET 302 sont toujours inconnues. L’appareil Boeing avait été livré en 2018 à Ethiopian Airlines et il avait fait l’objet d’une maintenance le 4 février 2019. Les conditions météorologiques étaient bonnes le 11 mars au-dessus de la capitale éthiopienne.

Plusieurs témoins ont expliqué avoir vu l’avion en feu juste avant son crash. Une enquête doit être menée conjointement par l'Agence éthiopienne de l'aviation civile et l’organisme américain chargé de la sécurité dans les transports (NTSB).

La présentation du 777x reportée

La Chine a été l’un des premiers pays à réagir en décidant de clouer au sol ses appareils 737 MAX. Lundi 11 mars, Ethiopian Airlines a également annoncé l’immobilisation de tous ses Boeing 737 MAX 8. "Même si nous ne connaissons pas encore les causes du crash, nous avons décidé d'immobiliser la flotte en question par mesure de sécurité", a justifié la compagnie sur Twitter.

Le 737 MAX, version remotorisée du 737 de Boeing, enregistrait en janvier un total de 5011 commandes. Destiné à devenir le nouveau best-seller de l’avionneur américain, le modèle est essentiel à la stratégie commerciale de Boeing.

Le soir du 10 mars, Boeing a annoncé qu’il reportait le roll-out de son avion gros-porteur 777x. La présentation officielle de l’appareil était prévue le 13 mars à Seattle (États-Unis). La nouvelle date n'a pas encore été communiquée. "Nous allons trouver une occasion de marquer le monde avec notre prochain avion dans un avenir proche", a indiqué Boeing.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

16/03/2019 - 12h48 -

la compréhension des graves accidents dans les grands systèmes complexes de transport (aérien, ferroviaire …) ne peut se résumer à la recherche d'une cause unique, ne prenant en compte que les circonstances immédiates de l'accident ! : « L’accident provient toujours d’une succession de défaillances du système… » (J.Reason) voir "La sécurité dans les systèmes complexes" : http://www.officiel-prevention.com/formation/formation-continue-a-la-securite/detail_dossier_CHSCT.php?rub=89&ssrub=139&dossid=519
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle