Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Energie

Deux start-up françaises main dans la main pour électrifier l’Afrique

Myrtille Delamarche , , , ,

Publié le

La start-up bordelaise Sunna Design, qui propose des lampadaires LED solaires tout terrain, élargit son modèle pour proposer des nanogrids directement aux ménages africains. Pour financer son projet, elle s’est alliée à Lendosphere, précurseur français du crowdlending.


Des lampadaires solaires LED Sunna Design installés dans un village.

Main dans la main, deux start-up françaises abordent le marché BtoC de l'electrification en Afrique. Sunna Design et Lendosphere annonceront conjointement le 20 novembre le lancement d’une offre originale : des lampadaires LED solaires à forte résistance climatique capables d’électrifier quatre foyers. Les usagers accèderont ainsi à une source d’électricité pour leur éclairage intérieur, ou pour la recharge de leurs portables par exemple.

Changement de modèle

"Sunna Design s’adressait jusqu’ici aux collectivités locales avec une solution d’éclairage public", rappelle Fabrice Le Saché d’Up Afrique, un réseau de start-up françaises actives dans l’économie verte et déployées dans 26 pays du continent. "Avec cette offre, elle révolutionne son modèle pour s’adresser directement aux particuliers avec une offre prépayée", qui correspond parfaitement au mode de consommation de cette cible. C’est grâce à ces offres prépayées que la téléphonie mobile a conquis l’Afrique.

Un lampadaire solaire qui peut être installé en quelques minutes, quatre câbles électriques, "et tchac ! De l’électricité dans les maisons !", promet Sunna Design avec un certain sens du teasing. Cette nouvelle solution est en fait un nanogrid capable d’électrifier quatre maisons à partir d’un capteur solaire qui fait aussi lampadaire. Il fournit un service essentiel d’accès à l’électricité pour un prix inférieur à celui du kérosène de leurs lampes actuelles. Selon ses concepteurs, l’équipement est rentabilisé en trois ans. Ces candélabres seront fabriqués dans les ateliers de Blanquefort, au nord-ouest de Bordeaux.

La solution de Sunna Design, qui remplace notamment des lampes au kérosène et des groupes électrogènes au diesel, bénéficie en outre de crédits-carbone pour compléter son business modèle. Même si le marché actuel du carbone ne valorise pas ces réductions d’émissions autant qu’il se pourrait.

Un lampadaire, deux ruptures technologiques

Techniquement, la solution semble simple. Elle ne l’est en fait pas tant que ça. Sunna Design a innové en collaboration avec le CEA-Ines pour atteindre son objectif : un lampadaire solaire intelligent qui résiste dix ans (50 000 heures) sans maintenance à des chaleurs extrêmes. Une innovation qui a valu à son fondateur, Thomas Samuel, le prix de l’innovateur solaire du MIT. Dans ces candélabres solaires à LED, le stockage est optimisé grâce à une batterie NiMH (nickel métal hydrures) placée en haut du mât (donc plus difficile à voler). Elle est associée à une électronique de gestion innovante permettant d’adapter la solution aux besoins, par exemple en réduisant l’intensité lorsque l’ensoleillement a été faible dans la journée.

Financement innovant

"Ne passez pas par la case banque, allez directement à la caisse de communauté". Cette parodie de Monopoly est l’un des slogans de la start-up française de financement participatif en ligne Lendosphere. C’est sur cette plateforme que Sunna Design compte lever les fonds (rémunérés à 6% brut)  nécessaires au financement de son offre d’éclairage et d’électrification.

Le projet sera accessible sous peu sur le site de Lendosphere. La plateforme a déjà permis le financement de projets situés en majorité en France, mais a déjà fait ses premiers pas en Afrique en soutenant, entre autres, plusieurs projets de l’entreprise nordiste Innovent en Namibie.

Myrtille Delamarche

Découvrez la vidéo teaser de Sunna Design :

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

16/11/2015 - 10h33 -

@Camaron:
Bonjour,
Nous avons relayé votre question à Sunna Design, qui a apporté la réponse suivante:
Effectivement le commentaire est pertinent.
La réponse est simple :
- d’une part, nos produits sont conçus expressément pour ces applications en zones isolées africaines, à savoir extrêmement résistants aux hautes températures, ce qui leur permet d’avoir une durée de vie de 10 ans minimum
- d'autre part, étant bien et BtoC mais comme prestataires de services et non de produits, ces derniers restent notre propriété et donc il en va de notre responsabilité de traiter la problématique du recyclage. La réponse commence dans la conception des produits, et une stratégie sera nécessairement mise en place au moment de leur fin de vie.
Répondre au commentaire
Nom profil

12/11/2015 - 08h29 -

Quid des déchets à l'issue de l'utilisation pour éviter que ces candélabres ne terminent dans des décharges à ciel ouvert risquant de polluer les sols et nappes phréatiques ?
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle