Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Deux solutions pour soutenir la filière solaire

Astrid Gouzik , ,

Publié le

L’année 2011 a suffi à faire perdre à la filière photovoltaïque la moitié des 25 000 emplois qu’elle avait générés jusque-là. Pour soutenir l’énergie solaire et créer  de nouveaux emplois, l’association Enerplan propose deux mesures simples.

Deux solutions pour soutenir la filière solaire

"La proposition est suffisamment simple pour faire réagir le gouvernement en place", assure Thierry Mueth, président de l’association professionnelle de l’énergie solaire. Et effectivement, la solution parait élémentaire. Mais deux mesures suffiront-elles à relancer une filière affectée par diverses mesures gouvernementales ? "Nous demandons seulement à pouvoir travailler. Depuis le 2 décembre 2010, avec le moratoire, il n’y a plus de projet possible en développement au-dessus de 100 kWc (soit 100 m2). Nous avons déjà passé 15 mois sans travailler".

Pour relancer la machine industrielle, Enerplan formule donc une première proposition pour ces centrales de petites tailles. Elle demande de figer les tarifs d’achat au 1er janvier 2012 pour à minima le premier semestre. Pour le troisième trimestre consécutif, ce tarif a été réduit de 10%. "Même si le prix des panneaux a baissé, on ne nous les donne pas. Donc il faut que nos entreprises conservent un minimum de rentabilité pour être pérennes", explique Thierry Mueth.

En ce qui concerne les projets de plus grande ampleur (excédant les 100 kWc), la législation prescrit  que leur sélection passe par un appel d’offres. Du temps et de l’argent perdus, souligne Enerplan. "C’est la Commission de régulation de l’énergie qui reçoit ces dossiers pour les appels d’offre. Or elle dépouille déjà de nombreux dossiers pour des chantiers importants, comme l’éolien offshore. Ce n’est pourtant pas son métier. Le gouvernement qui recommande aujourd’hui de ne pas faire de dépenses incongrues… arrêtons déjà les appels d’offre", s’indigne le président de l’association.

Enerplan propose donc, pour ces projets importants, des tarifs d’achat bas et dégressifs. "Nous ne sommes pas là pour vendre l’énergie le plus cher possible. La profession est suffisamment mature, et dispose d’une expertise suffisante pour dire que ce n’est pas une question de tarif d’achat », assure-t-il. "Nous demandons seulement un prix raisonnable, avec une logique de rentabilité industrielle".

Le solaire devrait atteindre la parité réseau en 2017, avec un prix fixé à 0,17 euros par kWh . "A ce moment-là, le solaire sera compétitif. Soit à la fin du prochain mandat présidentiel".

Un message à peine dissimulé au gouvernemen actuel, et au prochain par la même occasion. "Nous attendons une réaction du gouvernement", glisse Thierry Mueth en guise de conclusion.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle