Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Deux semaines pour compléter l’offre de reprise de NFM Technologies

, , ,

Publié le

Seul en piste pour reprendre le fabricant de tunneliers NFM Technologies, l’allemand Mühlhäuser a jusqu’au 21 novembre pour peaufiner son offre. NFM Technologies emploie 132 personnes à Villeurbanne (Rhône) et au Creusot (Saône-et-Loire).

Deux semaines pour compléter l’offre de reprise de NFM Technologies
Mühlhäuse ne reprendrait que 80 des 132 salariés de NFM Technologies : 40 au siège et au bureau d’études à Villeurbanne (Rhône) et 40 à l’usine du Creusot (Saône-et-Loire).
© NFM Technologies

Les entreprises citées

Le tribunal de commerce de Lyon s’est accordé deux semaines supplémentaires pour prendre une décision par rapport au fabricant de tunneliers NFM Technologies en redressement judiciaire depuis le 2 août. Quatorze jours pour améliorer la seule offre de reprise présentée par la société allemande Mühlhäuser, fabricant d’équipements de construction de tunnels, après le retrait d’Altifort qui souhaite se recentrer sur la reprise de l’aciérie Ascoval.

Les interrogations des juges portent sur le plan social. Pour l’instant, l’industriel allemand ne reprendrait que 80 des 132 salariés : 40 au siège et au bureau d’études à Villeurbanne (Rhône) et 40 à l’usine du Creusot (Saône-et-Loire). Un nombre insuffisant pour assurer l’avenir industriel du fabricant de tunneliers, selon des cadres de l’entreprise qui doit déjà faire face au débauchage de certains de ses techniciens par... Mühlhäuser. Ce dernier pourrait revoir marginalement à la hausse le nombre des salariés repris.

Autre incertitude : l’état du carnet de commandes, vide jusqu’en 2019. NFM Technologies n’a pas décroché encore de marchés pour les travaux de réalisation du Grand Paris Express, contrairement à son concurrent allemand Herrenknecht qui possède une unité de production en Ardèche. La situation précaire de l’entreprise villeurbannaise n’a pas plaidé en sa faveur.

Le fabricant français est handicapé par l’état de ses finances. Des prêts bancaires pourraient lui être octroyés par Bpifrance, en accord avec Bercy. Un ballon d’oxygène dans l’attente de nouveaux contrats à l’export, de retrouver une compétitivité, de mettre en œuvre une stratégie industrielle et commerciale qui pourrait passer par la fabrication de microtunneliers pour répondre à certaines demandes et constituer une gamme plus large d’équipements, complémentaire aux  périphériques de tunneliers de Mühlhäuser.

Toutes ces incertitudes devront être levées d’ici le 21 novembre pour sauvegarder l’activité du fabricant de tunneliers et d’une partie de ses salariés.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle