Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Deux projets de reprise présentés au CCE de Kem One

, , , ,

Publié le

La société d’investissement OpenGate et Alain de Krassny ont dévoilé une partie de leur plan de reprise du groupe chimique Kem One. D’ultimes négociations avec des fournisseurs comme Total et avec l’Etat devraient avoir lieu cette semaine pour boucler leur projet.

Deux projets de reprise présentés au CCE de Kem One © Arkema

Au cours d’une semaine de présentation en comité central d’entreprise, deux des candidats à la reprise du groupe chimique Kem One ont précisé leurs intentions. Sans dévoiler toutefois toute leur stratégie qui fait l’objet d’ultimes arbitrages avec des fournisseurs et des financeurs.

A l’ouverture de cette réunion, le fonds américain Sun Capital avait précisé qu’il ne se livrerait pas à cet exercice, faute d’avoir tous les éléments en sa possession. Autre candidat potentiel, le syndicat CGT, qui a élaboré un plan associant les créanciers dans le cadre d’une fiducie, a demandé un délai supplémentaire de réflexion. Reste donc pour l’instant deux candidats en lice : la société d’investissements OpenGate et Alain de Krassny.

70 millions d'apports pour OpenGate et 5 millions pour Alain de Krassny

OpenGate a pratiquement bouclé son plan de financement. Reste à finaliser les négociations sur le contrat de fourniture et le prix de vente de l’éthylène avec Total. Une réunion est prévue à ce propos dans le courant de la semaine. OpenGate s’engage à apporter 70 millions d’euros dès la reprise de Kem One. La société d’investissements replace cette reprise dans un périmètre plus large intégrant une entreprise qu’elle a rachetée en début d’année et d’autres activités en aval qu’elle espère racheter dans les prochains mois en Europe. 

De son côté, Alain de Krassny, industriel français qui préside le groupe autrichien Donau Chemie, a mis en avant sa stratégie industrielle de redressement de Kem One, centrée sur son activité, avant d’envisager un quelconque redéveloppement. Son dossier de financement est plus flou. Il n’apporterait que 5 millions d’euros, comptant sur d’autres financements avec la garantie de l’Etat.

103 suppressions de postes

Tout comme OpenGate, Alain de Krassny fait confiance à la direction actuelle de Kem One qui a participé au montage de ces dossiers pour assurer le pilotage du groupe après sa reprise. Les deux repreneurs ont d’ailleurs annoncé le même plan social qui comprend 103 suppressions d’emplois concernant cinquante et une personnes, certains de ces postes n’étant pas pourvus à l’heure actuelle. Les suppressions d’effectifs se feraient principalement au siège de la société à Lyon (Rhône) et sur le site de Saint-Fons.

"On sera véritablement rassurés quand les offres de reprise auront été déposées au tribunal", indique Jean Rollet (CGC) pour qui les négociations sur le prix de l’éthylène sont capitales. "Mais on est confiants, précise-t-il, compte tenu de la situation de l’entreprise et de l’abandon de certaines créances." Même sentiment d’optimisme mesuré pour Jean-Michel Rovida (CFDT) qui attend les ultimes négociations avec des fournisseurs et dans les ministères pour faire preuve de davantage de sérénité.

Vincent Charbonnier

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle