Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Deux offres en concurrence pour la reprise de Tecsom

, , , ,

Publié le

En difficulté financière depuis plusieurs années, la SAS Tecsom, dont le siège est situé à Glaire (Ardennes), devrait être sauvée. Réuni le 17 avril, le tribunal de commerce de Sedan a révélé qu’il étudiait deux dossiers. L'un ficelé par le chinois Kaïli avec l'aide de G Groupe X, l'autre émanant du groupe saoudien Trolley carriage & Iron works factory.

Deux offres en concurrence pour la reprise de Tecsom
Moquette
© Tecsom

Après la disparition de Spartech à Donchery (66 suppressions d'emplois) et la récente mise en redressement judiciaire de Turquais à Remilly-Aillicourt, le secteur géographique du sedanais pourrait, enfin, enregistrer une bonne nouvelle avec la probable reprise de la SAS Tecsom, qui était pourtant sérieusement menacée de liquidation judiciaire.

Il y a quelques jours encore, l'administrateur judiciaire chargé de ce dossier, Me Nicolas Torrano, avait d'ailleurs avisé le personnel de l'entreprise qu'il était tout prêt de se résoudre à cette solution extrême. Au grand dam des 120 salariés encore en poste dans cette usine.

Mais lors de son audience du 17 avril, le tribunal de commerce de Sedan a finalement décidé d'étudier deux pistes pouvant éviter un fiasco économique et social.

Deux candidats au rachat

Restent donc en concurrence pour cette reprise deux candidats au rachat des éléments d'actifs et de la reprise des contrats de travail. Primo, l'association composée par deux partenaires G Groupe X et le chinois Kaïli qui n'ont pas caché leur intention de redémarrer avec seulement 74 salariés tout en injectant 1,2 million d'euros en comptes courants.

Secondo, une structure saoudienne Trolley carriage & Iron works factory, laquelle s'engage à reprendre la totalité de l'effectif et à investir 2,5 millions pour redorer le blason de l'entreprise.

Dans les prochains jours, l'administrateur judiciaire devra fournir aux juges consulaires les garanties bancaires et le contenu détaillé de de ces deux projets industriels.

En redressement judiciaire depuis février

En difficulté financière depuis plusieurs années, la PME, implantée à Glaire et spécialisée dans la fabrication de dalles de moquettes à destination des bâtiments publics, des bureaux et des commerces, était entrée en procédure de sauvegarde le 4 janvier 2013 avant d'être mise en redressement judiciaire le 20 février 2014. Depuis cette date, Me Torrano s'est évertué à chercher un repreneur ou un investisseur susceptible de sortir Tecsom de sa mauvaise posture. C'est, aujourd'hui, en bonne voie.

Après le désistement des sociétés belges Beaulieu International et Balta et le recul du français Balsan (Indre) qui avaient pourtant effectué des approches sur ce dossier, le personnel fonde donc ses espoirs dans une de ces deux dernières pistes.

Pascal Remy

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle