Deux morts dans une explosion chez Valdi, dans la Loire

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Deux morts dans une explosion chez Valdi, dans la Loire

Accident.

Deux ouvriers de Valdi, âgés de 29 ans et 55 ans, sont morts samedi 25 juin vers 4 heures 30 du matin, à la suite de l’explosion d’un four d’une fonderie spécialisée dans le recyclage de piles à Feurs (Loire). Deux autres personnes ont été blessées. Le souffle de l’explosion a détruit un bâtiment de 800 mètres carrés de Valdi, mitoyen à Feursmétal.

Des employés chargés de la maintenance avaient été appelés à intervenir dans ce bâtiment par suite d’une fuite d’eau. Les deux victimes manipulaient les vannes du four au moment de l’explosion, qui aurait pu être provoquée par une réaction exothermique, selon le sous-préfet de Roanne, Joël Mathurin.
Une enquête pour homicide involontaire a été ouverte par le parquet de Saint-Etienne, une enquête administrative a été diligentée par la ministre de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement, Nathalie Kosciusko-Morizet, pour établir les causes de l’accident.
Créé en 1997 par le groupe AFE pour recycler des piles alcalines et salines usagées, Valdi a été racheté en 2009 par Eramet. La société emploie 80 personnes sur deux sites à Limoges et à Feurs, où elle est hébergée sur le site de Feursmétal, filiale d’AFE.
Les représentants syndicaux CGT dénoncent la vétusté de ces installations. « Nous estimons qu’on a laissé Valdi sous un autocontrôle permanent », estiment Roland Béraud et Marc Da Costa. Le 3 octobre 2010, un autre grave accident était survenu chez Valdi. Deux personnes qui procédaient au retournement de bac au niveau du laitier avaient été brûlées au troisième degré et transportées par hélicoptère à l’hôpital Edouard-Herriot à Lyon.
Quelques mois auparavant, en mai 2010, Feursmétal avait connu un autre incident qualifié de « très rare » par l’Autorité de sûreté nucléaire avec la contamination de six personnes. La réparation d'un gammagraphe, effectuée par un robot télécommandé, avait provoqué une fuite de cobalt 60, sans que la santé des six personnes contaminées n'inspire de l'inquiétude, selon l'IRSN (Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire).
A voir également sur le site de France 3, trois reportages vidéo.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS