Deux consortiums français s'affrontent dans la course aux éoliennes en mer

Le consortium mené par EDF Energies Nouvelles et Alstom affronte celui de GDF Suez et Areva pour l'attribution des deux derniers champs d'éoliennes en mer français. Le lauréat sera connu au mois d'avril prochain.

Partager
Deux consortiums français s'affrontent dans la course aux éoliennes en mer

Les deux consortiums en lice pour les deux derniers champs d'éoliennes en mer français rivalisent d'arguments économiques et environnementaux pour emporter le soutien des acteurs locaux, deux mois avant le choix du lauréat en avril prochain.

EDF Energies Nouvelles a annoncé jeudi 13 février, en marge d'un colloque à Nantes, vouloir créer 1 500 emplois en France avec son fabricant d'éoliennes Alstom si leur consortium remporte les deux parcs au large des îles d'Yeu et de Noirmoutier (Vendée) et du Tréport (Seine-Maritime). Les appels d'offres ont été clos en novembre.

Ils viendraient s'ajouter aux 7 000 emplois générés par les trois premiers champs d'éoliennes de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), Fécamp (Seine-Maritime) et Courseulles-sur-Mer (Calvados), qui leur avaient été confiés en 2012 au terme du premier appel d'offres gouvernemental.

Un quatrième parc, au large de Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor), avait été attribué à Areva et à l'espagnol Iberdrola. Le champ d'éoliennes du Tréport, déjà mis en jeu à l'époque, n'avait lui pas été attribué, la seule offre de GDF-Suez et Siemens n'ayant pas été jugée compétitive.

Grand perdant de ce premier appel d'offres, avec aucun parc éolien off-shore remporté, GDF-Suez est donc revenu à la charge avec Areva. Son consortium entend pour sa part créer "6 000 emplois dont 1 500 directs" en France le temps de la construction des deux parcs, puis à terme "500, dont 130 directs" à proximité de chacun des deux pour leur maintenance.

Tous deux mettent également en avant les 400 000 heures de formation générées par leur projet, ainsi que leurs accords d'ores et déjà signés avec les écoles d'ingénieurs et autres établissements universitaires des Pays de la Loire.

Leur groupement mise surtout sur sa turbine de huit mégawatts - contre six pour celle d'Alstom -, qui permettra d'implanter selon eux 30 % d'éoliennes de moins que leur concurrent, pour une production d'électricité équivalente.

"Elles seront donc plus éloignées les unes des autres, ce qui facilitera les possibilités de navigation pour les pêcheurs", dit Jean-Baptiste Séjourné, directeur délégué de GDF-Suez Energie France, ce que démentent ses concurrents.

UN ÉCHEC PROFITABLE

Le nombre réduit d'éoliennes permettrait aussi de réduire leur délai de fabrication de deux ans, selon GDF-Suez, et donc d'accélérer la mise en service des parcs vendéen et normand.

L'échec de son premier consortium en 2012 serait un atout en termes d'emploi local en Vendée, fait même valoir le "leader en France de l'éolien terrestre", alors que son concurrent a remporté le champ d'éoliennes voisin de Saint-Nazaire.

"Si nous remportons le parc des îles d'Yeu et Noirmoutier, nous ne pourrons pas mutualiser nos installations avec celles de Saint-Nazaire, comme va le faire EDF-EN. Il faudra donc en créer de nouvelles", explique à Reuters Raphaël Tilot, directeur du projet chez GDF-Suez.

L'attribution des deux parcs à son consortium serait également gage d'une "saine concurrence" chez les fabricants d'éoliennes, alors qu'Alstom dispose déjà de trois parcs et Areva d'un seul.

"Actuellement cela fait 3-1, un 3-3 serait plus sain pour la France", estime Raphaël Tilot. "S'il n'y avait qu'une seule offre, l'Etat et les consommateurs seraient perdants."

De son côté, EDF-Energies nouvelles se contenterait volontiers d'un "1-1". "Notre proposition sur les sites des îles d'Yeu et de Noirmoutier est vraiment différenciante, ce qui est moins le cas au Tréport", concède Béatrice Buffon, directrice générale adjointe d'EDF-EN.

Avec Reuters (Guillaume Frouin)

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Stagiaire - Inspecteur Equipements Sous Pression et TMD (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 21/01/2023 - Stage - Saint Genis Laval

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

25 - CC DU LOUE LISON

Travaux d'entretien de la voirie de la Communauté de Communes Loue Lison.

DATE DE REPONSE 17/02/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS