L'Usine Aéro

Deux ans de retard en vue pour le F-35 de Lockheed Martin

Publié le

Des retards des deux côtés de l’Atlantique. Alors que les négociations sur les surcoûts de l’Airbus A400M pourraient connaître leur dénouement la semaine prochaine, l’US Air Force vient d’annoncer que le F-35 a de fortes chances de ne pas être opérationnel avant fin 2015. Soit un retard de deux ans. Le Pentagone, par la voix du secrétaire général de l’armée de l’Air Michael Donley, incite Lockheed Martin à accélérer la cadence, tout en maîtrisant les coûts.

Remplaçant à terme du F16, l’avion furtif souffre déjà de nombreux surcoûts par rapport aux prévisions initiales des industriels. En outre, plusieurs gouvernements participant au financement initial ont reporté des commandes – leur identité et leur nombre n’ont pas été révélés. Huit pays accompagnent les Etats-Unis : Grande-Bretagne, Italie, Pays-Bas, Turquie, Canada, Australie, Danemark et Norvège.

Le F-35 Joint Strike Fighter représente le programme le plus coûteux du Pentagone, avec un budget total de 708 milliards de dollars. Dans les 25 prochaines années, les différentes armées américaines prévoient d’en acquérir 2 500 exemplaires. Face au non-respect des enveloppes et du calendrier, le secrétaire d’Etat à la Défense Robert Gates a limogé début février le général chargé du projet et gelé une somme de 614 millions de dollars qui devait être versée à Lockheed Martin.
 

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

05/03/2010 - 11h27 -

Merci Monsieur Lamidel pour votre pertinente réaction. En effet, la commande de 2 500 exemplaires ne concerne pas uniquement l’US Air Force. L’erreur est corrigée. Je n’ai pas écris que les surcoûts étaient uniquement provoqués par les reports des commandes non-américaines, mais « notamment en raison de ». Toutefois, je vous l’accorde, la formulation donnait trop d’importance à cette dimension par rapport aux dérapages des industriels. C’est pourquoi j’ai rectifié la donne. Cordialement, MM, journaliste Usinenouvelle.com
Répondre au commentaire
Nom profil

04/03/2010 - 23h14 -

Bonjour,

" l’avion furtif souffre déjà de surcoûts, notamment en raison des reports de commandes par plusieurs gouvernements participant "

Les commandes des participants "otaniens" est risible. L'US Air Force, l'US Navy et l'US Marines Corps commande l'appareil dans une fourchette de 2000 à 2500 machines selon les sources ! S'il y a des dérapages de coût induit par des glissement ou annulation de commande la chose vient sûrement des commandes américains. Les commandes non-américaines ne doivent représenter guère plus de 500 machines. De sorte que, des annulations sur une si "petite fourchette" ne saurait peser sur le programme de façon sérieuse si et seulement si c'était une annulation de 400 ou 500 commandes. Et même, si on vous suivez dans un tel énoncé alors les problèmes de l'A400M serait dû à quelques annulations de commandes ! De sorte que, par cette rédaction vous ne laissez pas entendre que les surcoût viennent surtout de raté du programme en lui même. C'est tout comme admettre que les Etats européens et Airbus mènent parfaitement le programme A400M. Un mensonge pur et simple !

Concernant l'identité des gouvernements, cela est plus ou moins connu. La commande britannique était de 150 machines, puis 132 et la presse outre-manche parlerait même de 50 machines...

De plus, vous dites :

" US Air Force prévoit d’en acquérir 2 500 exemplaires "

C'est l'ensemble des commandes des Etats-Unis d'Amérique !

Enfin, petits calculs :

Programme JSF : 708 milliards de dollar (cela doit inclure la R&D, et vous saviez que les Etats-Unis ne la facturé pas au client il parait) divisé par 3000 machines (je compte donc 500 commandes export, je suis plutôt radin vu la presse) cela fait 236 millions de dollar le coût unitaire d'un F35 (le coût est biaisé car les trois versions du programme n'ont pas le même coût mais cela donne quand même un coût moyen).

Programme F22 : 60 milliards de dollar le programme divisé par 187 machines prévu cela donne 320 millions de dollar de coût unitaire (c'est environ le prix admis en tenant compte de la R&D du programme).

Si jamais le F35 glisse encore dans ses coûts vers la barre symbolique de 300 millions dollar, il se posera alors de savoir si l'arrêt du F22 n'a pas était une erreur. Et que le chèque en blanc a été signé pour le F35 alors que ce n'était pas le but. Qui peut dire si le F22 n'aurait pas réduit ses coûts sur 300 ou 700 exemplaires ?

Une chose encore. L'illustration est celle d'un F-16 et non pas d'un F-35.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte