Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

Deux anciens PDG de Lafarge vont être entendus dans le dossier syrien

, , , ,

Publié le , mis à jour le 06/12/2017 À 07H53

Deux anciens cadres de Lafarge et un responsable de la sécurité du groupe ont été mis en examen vendredi 1er décembre dans le cadre de l'enquête sur les activités de la cimenterie de Jalabiya, en Syrie. Maintenant, c'est trois anciens cadres dirigeants qui sont convoqués mercredi 6 décembre : Bruno Laffont, Eric Olsen et Christian Herrault.

Deux anciens PDG de Lafarge vont être entendus dans le dossier syrien
Deux anciens cadres de Lafarge et un responsable de la sécurité du groupe ont été mis en examen dans le cadre de l'enquête sur les activités de la cimenterie de Jalabiya, en Syrie.
© LafargeHolcim

Deux anciens cadres de Lafarge et un responsable de la sécurité du groupe, placés en garde à vue pour interrogatoire par les enquêteurs de la douane judiciaire mercredi, ont été mis en examen vendredi 1er décembre dans le cadre de l'enquête sur les activités de la cimenterie de Jalabiya, en Syrie, a-t-on appris de source judiciaire. La garde à vue a été levée vendredi matin et ils ont été déférés devant des juges d'instruction chargés du dossier.

L'enquête porte sur les conditions dans lesquelles le groupe français - absorbé en 2015 par le Suisse Holcim pour former le géant du ciment LafargeHolcim - a maintenu en 2013-2014 ses activités en Syrie dans une zone de conflit, tenue notamment par l'organisation de l'Etat islamique (Daech). Une enquête interne a confirmé que de l'argent avait été versé à des groupes armés. La filiale syrienne de Lafarge LCS est également soupçonnée d'avoir utilisé du pétrole provenant de territoires contrôlés par Daech.

Les anciens directeurs de LCS Bruno P. et Frédéric J. ont été mis en examen pour financement du terrorisme, mise en danger d'autrui et violation de la réglementation relative aux relations financières avec l'étranger, précise-t-on de source judiciaire. Selon l'avocat de Bruno P., Me Daniel Soulez Larivière, cette dernière incrimination vise des infractions présumées aux règlementations européennes sur les achats et ventes de matières premières en Syrie.

Les deux anciens directeurs ont été placés sous contrôle judiciaire. Bruno P. "estime qu'il est totalement innocent de ce dont on l'accuse. Il a quitté la Syrie en 2014 alors qu'il avait demandé à partir en 2013", a déclaré à Reuters Me Daniel Soulez Larivière.

Le responsable de la sécurité "était contre tout accord" avec l'EI

Le troisième homme, Jean-Claude V., responsable de la sécurité du groupe et toujours salarié de LafargeHolcim, a été mis en examen pour financement du terrorisme et mise en danger d'autrui et placé sous contrôle judiciaire. L'avocat de cet ancien militaire des forces spéciales a déclaré à Reuters qu'il entendait contester cette mise en examen selon lui "sans aucun fondement factuel et juridique" devant la Cour d'appel de Paris, dans les prochaines semaines.

Jean-Claude V., "qui n'a jamais eu de pouvoir de décision au sein de la société Lafarge et n'a cessé d'alerter ses interlocuteurs opérationnels, n'a commis aucune infraction pénale", a expliqué Me Sébastien Schapira, qui fait valoir que son client "était contre tout accord avec des groupes armés".

Trois anciens cadres dirigeants de Lafarge convoqués

Mercredi 6 décembre trois anciens cadres dirigeants de Lafarge sont convoqués par les enquêteurs de la douane judiciaire, selon France Inter. Sont concernés : Bruno Laffont le PDG de Lafarge entre 2007 et 2015, Eric Olsen le PDG de LafargeHolcim entre 2015 et juillet 2017 et Christian Herrault l'ancien directeur général adjoint en charge de plusieurs pays dont la Syrie. Ces anciens cadres dirigeants risquent aussi d'être mis en examen pour financement du terrorisme et mise en danger des salariés syriens.

LafargeHolcim a déclaré en septembre condamner "avec la plus grande fermeté les erreurs inacceptables commises en Syrie".

Des organisations non gouvernementales, parties civiles dans ce dossier, souhaitent également faire la lumière sur ce que savait le gouvernement français de l'époque sur les activités de Lafarge en Syrie. La cimenterie de Jalabiya a été mise en service en mai 2010, juste avant que la situation en Syrie ne se détériore et place l’usine et son personnel dans une situation difficile en matière de sécurité. Le site a été évacué en septembre 2014.

Selon des sources au fait de ce dossier, elle sert maintenant de base aux forces spéciales américaines en Syrie.

Pour Reuters, Emmanuel Jarry, édité par Myriam Rivet

Réagir à cet article

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle