Deutsche Telekom subit l'impact d'une guerre des prix

par Harro Ten Wolde

Partager

FRANCFORT (Reuters) - Deutsche Telekom a annoncé jeudi une baisse du chiffre d'affaires de ses activités mobiles en Allemagne au troisième trimestre en dépit du gain de 470.000 abonnés, conséquence d'une guerre des prix sans merci sur son principal marché.

Le troisième opérateur télécoms européen par le chiffre d'affaires dispute à Telefonica Deutschland, Vodafone et E-Plus, filiale de KPN, une clientèle allemande qui s'est montrée relativement lente à adopter les smartphones.

L'ex-monopole a dû dès lors proposer des formules tarifaires qui ont pesé sur ses recettes et, au troisième trimestre, les activités mobiles ont vu leur chiffre d'affaires diminuer de 2,8% en Allemagne, premier marché mobile de l'Union européenne avec 114 millions d'abonnements environ.

"Cela s'explique avant tout par une concurrence intense et par les nouvelles réductions des redevances d'itinérance mises en place cet été", a déclaré le directeur financier, Tim Höttges, faisant référence aux dispositions européennes qui obligent les opérateurs à réduire les tarifs appliqués aux abonnés en déplacement à l'étranger.

Ce que subit Deutsche Telekom est valable aussi pour la concurrence. Le chiffre d'affaires mobile de Telefonica Deutschland a baissé de 5,7% durant le trimestre, tandis qu'E-Plus, en voie d'être racheté par Telefonica, a observé une baisse de 7% du sien. Le britannique Vodafone, deuxième opérateur mobile d'Allemagne, publiera ses comptes le 12 novembre.

Le chiffre d'affaires tiré des services mobiles de Deutsche Telekom, en faisant abstraction des dernières réductions sur l'itinérance exigées par les régulateurs, a diminué de 1%, alors qu'il avait augmenté du même pourcentage le trimestre précédent.

Deutsche Telekom anticipe à présent un chiffre d'affaires mobile annuel stable, alors qu'il le projetait jusqu'à présent en hausse.

L'ACTION RECULE MAIS RÉDUIT SES PERTES

Pour Simon Weeden, analyste de Citi Research, cette nouvelle prévision induit une croissance organique nulle au quatrième trimestre.

Deutsche Telekom a par ailleurs annoncé jeudi un résultat avant intérêts, impôt, dépréciations et amortissements (Ebitda) en baisse de 2,6% à 4,66 milliards d'euros au troisième trimestre, sous le poids des dépenses d'investissement. Toutefois, les analystes interrogés par Reuters attendaient un chiffre inférieur, de 4,58 milliards.

Le groupe a confirmé s'attendre à un Ebitda d'environ 17,5 milliards d'euros en 2013 et à un "free cash flow" d'environ 4,5 milliards.

Mardi, T-Mobile US, quatrième opérateur mobile des Etats-Unis et filiale à 74% par Deutsche Telekom, a annoncé une croissance nettement meilleure que prévu du nombre de ses abonnés.

L'action Deutsche Telekom perd 1,7% à 11,41 euros dans l'après-midi, un repli moins marqué qu'en matinée. Elle a atteint un pic de cinq ans de 11,93 euros le mois dernier, à la faveur d'un rally général sur les valeurs télécoms, qui s'est nourri en partie des espoirs de nouvelles fusions et acquisitions.

Vodafone a ainsi racheté Kabel Deutschland, le premier câblo-opérateur allemand, pour 7,7 milliards d'euros.

E-Plus et Telefonica Deutschland ont annoncé quant à eux leur intention de fusionner pour créer le troisième opérateur mobile allemand, doté d'une part de marché de 30%, alors que Deutsche Telekom et Vodafone ont chacun 35% à peu près.

Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Angrand

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS